Rudy Giuliani ferait l'objet d'une enquête de procureurs fédéraux à New York, d'après le New York Times qui cite deux sources proches du dossier. Ils le soupçonnent d'avoir enfreint des lois destinées à empêcher des puissances étrangères d'exercer une influence sur la politique américaine. "Alors maintenant ils s'en prennent au légendaire 'chasseur de délinquants' et meilleur maire de l'histoire de New York, Rudy Giuliani", s'est indigné Donald Trump sur Twitter, sans préciser à qui son "ils" se référait. "Il a peut-être l'air un peu brut de décoffrage parfois, mais c'est aussi un type formidable et un merveilleux avocat. Il y a une chasse aux sorcières tellement partiale aux Etats-Unis. Etat de l'ombre (Deep State en anglais). Honteux! ", a poursuivi le milliardaire républicain. A 75 ans, l'avocat personnel du président des Etats-Unis se retrouve en pleine tourmente à cause de ses efforts pour convaincre l'Ukraine de chercher des informations compromettantes sur le démocrate Joe Biden, un adversaire potentiel de Donald Trump pour la présidentielle de 2020. L'affaire a pris un tournant inattendu mercredi soir avec l'arrestation de deux hommes d'affaires proches de M. Giuliani accusés d'avoir enfreint la loi sur le financement des campagnes électorales. Selon l'acte d'accusation, Lev Parnas et Igor Fruman avaient promis de lever des fonds pour un élu du Congrès en lui demandant de convaincre "le gouvernement américain de rappeler l'ambassadrice des Etats-Unis en Ukraine" Marie Yovanovitch, brusquement rappelée à Washington depuis. L'enquête sur Rudy Giuliani serait "liée" à ce dossier, selon le New York Times. Donald Trump avait critiqué l'ex-ambassadrice cet été lors d'un échange téléphonique avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky, au coeur de l'enquête des démocrates pour constituer un dossier de mise en accusation ("impeachment") du président républicain. "Je ne connais pas ces messieurs, je ne sais pas ce qu'ils font, peut-être qu'il faut demander à Rudy", avait commenté vendredi Donald Trump à propos des deux arrestations, semblant prendre ses distances avec son fidèle avocat. En 2001, Rudy Giuliani, alors maire de New York, avait gagné le surnom de "maire de l'Amérique" après les attentats du 11-Septembre. Désormais, ses détracteurs sont légions. (Belga)