Ces fonds sont destinés à la formation, l'équipement et le conseil aux forces ukrainiennes pour permettre à cette ex-république soviétique de "mieux se défendre contre l'agression russe, a précisé le ministère américain de la Défense dans un communiqué. "Cette coopération sécuritaire est rendue possible par les progrès continus de l'Ukraine sur l'adoption de réformes institutionnelles clés en matière de défense et de réformes anticorruption", ajoute le Pentagone. L'Union européenne et l'Otan soutiennent l'Ukraine depuis l'annexion par la Russie de la péninsule de Crimée et le début du conflit dans l'est avec les séparatistes prorusses en 2014, mais demandent a Kiev davantage d'efforts pour faire avancer les réformes politiques et économiques indispensables. Donald Trump avait été accusé d'abus de pouvoir pour avoir suspendu l'an dernier une aide militaire de près de 400 millions de dollars pour tenter de forcer l'Ukraine à "salir" son possible adversaire à la présidentielle, Joe Biden. Il a été acquitté en février à l'issue d'un procès en destitution historique. Le milliardaire républicain affirmait n'avoir exercé "aucune pression" sur son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky et assurait que l'aide avait été gelée le temps d'évaluer l'assistance apportée à l'Ukraine par ses autres partenaires occidentaux. L'aide gelée avait finalement été débloquée mais elle avait été réduite, à 250 millions de dollars. (Belga)

Ces fonds sont destinés à la formation, l'équipement et le conseil aux forces ukrainiennes pour permettre à cette ex-république soviétique de "mieux se défendre contre l'agression russe, a précisé le ministère américain de la Défense dans un communiqué. "Cette coopération sécuritaire est rendue possible par les progrès continus de l'Ukraine sur l'adoption de réformes institutionnelles clés en matière de défense et de réformes anticorruption", ajoute le Pentagone. L'Union européenne et l'Otan soutiennent l'Ukraine depuis l'annexion par la Russie de la péninsule de Crimée et le début du conflit dans l'est avec les séparatistes prorusses en 2014, mais demandent a Kiev davantage d'efforts pour faire avancer les réformes politiques et économiques indispensables. Donald Trump avait été accusé d'abus de pouvoir pour avoir suspendu l'an dernier une aide militaire de près de 400 millions de dollars pour tenter de forcer l'Ukraine à "salir" son possible adversaire à la présidentielle, Joe Biden. Il a été acquitté en février à l'issue d'un procès en destitution historique. Le milliardaire républicain affirmait n'avoir exercé "aucune pression" sur son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky et assurait que l'aide avait été gelée le temps d'évaluer l'assistance apportée à l'Ukraine par ses autres partenaires occidentaux. L'aide gelée avait finalement été débloquée mais elle avait été réduite, à 250 millions de dollars. (Belga)