Selon Laura Cooper, chargée de l'Ukraine au ministère américain de la Défense, l'ambassade ukrainienne à Washington a adressé ce jour-là des courriels à son équipe demandant en gros: "Que se passe-t-il avec l'aide sécuritaire?" Jusqu'ici, tous les témoins entendus dans la procédure de destitution visant le président américain avaient affirmé que Kiev avait appris le gel de l'aide plus tard, en tout cas après l'appel du 25 juillet au cours duquel Donald Trump a demandé à son homologue ukrainien d'enquêter sur ses adversaires démocrates. (Belga)