"C'est du jamais vu", s'indigne le syndicaliste CSC Filip Dudal. "Des gardiens ont appris qu'ils obtiendraient une promotion le 1er novembre, mais qu'il n'y a plus assez d'argent pour assurer l'augmentation de salaire liée à leur future fonction.

Une promotion implique par ailleurs que certains gardiens devront changer de prison et effectuer des déplacements plus longs entre leur domicile et leur travail. En bref, ils devront les payer eux-mêmes", poursuit Filip Dudal.

Selon Het Nieuwsbald, des sources ont confirmé cette information au sein de la direction générale de l'administration pénitentiaire. Mais son porte-parole, Laurent Sempot, précise que "des concertations avec les représentants du personnel sont prévues afin de trouver une solution à cette situation".

"C'est du jamais vu", s'indigne le syndicaliste CSC Filip Dudal. "Des gardiens ont appris qu'ils obtiendraient une promotion le 1er novembre, mais qu'il n'y a plus assez d'argent pour assurer l'augmentation de salaire liée à leur future fonction. Une promotion implique par ailleurs que certains gardiens devront changer de prison et effectuer des déplacements plus longs entre leur domicile et leur travail. En bref, ils devront les payer eux-mêmes", poursuit Filip Dudal. Selon Het Nieuwsbald, des sources ont confirmé cette information au sein de la direction générale de l'administration pénitentiaire. Mais son porte-parole, Laurent Sempot, précise que "des concertations avec les représentants du personnel sont prévues afin de trouver une solution à cette situation".