"Je comprend les revendications des agents pénitentiaires car on leur demande de faire le même boulot en gagnant moins et en réduisant les effectifs alors que tout le monde reconnaît qu'il manque des agents pénitentiaires en prison", a-t-il affirmé mercredi matin, interrogé par Bel RTL.

Pour le député-bourgmestre socialiste, c'est le gouvernement fédéral, et non les agents pénitentiaires, qui prend les détenus en otage.

A ses yeux, en envoyant des militaires dans les prisons, le gouvernement fédéral se livre à une exercice de musculation supplémentaire pour passer en force là où il faut de la concertation sociale. "N'était-il pas plus responsable de faire intervenir la protection civile, ou la Croix-Rouge", a-t-il demandé.

"Je comprend les revendications des agents pénitentiaires car on leur demande de faire le même boulot en gagnant moins et en réduisant les effectifs alors que tout le monde reconnaît qu'il manque des agents pénitentiaires en prison", a-t-il affirmé mercredi matin, interrogé par Bel RTL. Pour le député-bourgmestre socialiste, c'est le gouvernement fédéral, et non les agents pénitentiaires, qui prend les détenus en otage. A ses yeux, en envoyant des militaires dans les prisons, le gouvernement fédéral se livre à une exercice de musculation supplémentaire pour passer en force là où il faut de la concertation sociale. "N'était-il pas plus responsable de faire intervenir la protection civile, ou la Croix-Rouge", a-t-il demandé.