"Déterminé à construire un rêve américain meilleur, plus durable, plus inclusif pour tous, j'annonce aujourd'hui ma candidature au poste de président des Etats-Unis", a écrit M. Patrick, l'un des premiers gouverneurs noirs du pays, dans un tweet accompagné d'une courte vidéo. L'ancien responsable de 63 ans, né dans une famille pauvre à Chicago et réputé proche de l'ex-président Barack Obama, a dit "admirer et respecter" les autres candidats démocrates. Mais il a estimé que pour l'élection de 2020, plus que de battre "un président impopulaire et clivant", il s'agissait de "tenir parole" concernant les promesses faites au peuple américain. À moins de trois mois des premières primaires, il estime, selon des proches, qu'il y a encore de la place pour un candidat capable de rassembler les démocrates modérés et l'aile gauche du parti. Selon les sondages, l'ancien vice-président Joe Biden, aux positions centristes, reste favori au niveau national mais est en perte de vitesse, suivi par les sénateurs Elizabeth Warren et Bernie Sanders, beaucoup plus à gauche. Marié à une avocate, père de deux filles, Deval Patrick avait écarté en décembre 2018 l'idée de se présenter à la présidentielle, citant "la cruauté du processus électoral qui finirait par éclabousser des gens que Diane (sa femme, ndlr) et moi aimons". Bien qu'il vienne s'ajouter à une liste déjà longue de candidats démocrates, M. Patrick pourrait ne pas être le dernier: le milliardaire et ex-maire de New York Michael Bloomberg envisage en effet de rejoindre la course. (Belga)

"Déterminé à construire un rêve américain meilleur, plus durable, plus inclusif pour tous, j'annonce aujourd'hui ma candidature au poste de président des Etats-Unis", a écrit M. Patrick, l'un des premiers gouverneurs noirs du pays, dans un tweet accompagné d'une courte vidéo. L'ancien responsable de 63 ans, né dans une famille pauvre à Chicago et réputé proche de l'ex-président Barack Obama, a dit "admirer et respecter" les autres candidats démocrates. Mais il a estimé que pour l'élection de 2020, plus que de battre "un président impopulaire et clivant", il s'agissait de "tenir parole" concernant les promesses faites au peuple américain. À moins de trois mois des premières primaires, il estime, selon des proches, qu'il y a encore de la place pour un candidat capable de rassembler les démocrates modérés et l'aile gauche du parti. Selon les sondages, l'ancien vice-président Joe Biden, aux positions centristes, reste favori au niveau national mais est en perte de vitesse, suivi par les sénateurs Elizabeth Warren et Bernie Sanders, beaucoup plus à gauche. Marié à une avocate, père de deux filles, Deval Patrick avait écarté en décembre 2018 l'idée de se présenter à la présidentielle, citant "la cruauté du processus électoral qui finirait par éclabousser des gens que Diane (sa femme, ndlr) et moi aimons". Bien qu'il vienne s'ajouter à une liste déjà longue de candidats démocrates, M. Patrick pourrait ne pas être le dernier: le milliardaire et ex-maire de New York Michael Bloomberg envisage en effet de rejoindre la course. (Belga)