"Le Monde a demandé à François Fillon un entretien de politique générale, comme nous l'avons fait pour les principaux candidats à l'élection présidentielle, qui ont tous accepté. L'entourage de l'ancien premier ministre a d'abord donné son accord, il y a plusieurs semaines, avant de poser comme condition de ne pas avoir à répondre à des questions portant sur les affaires pour lesquelles il a été mis en examen", explique mercredi le journal français. "Nous avons refusé parce qu'il nous semblait indispensable d'interroger François Fillon sur la moralisation de la vie publique, sujet essentiel du débat démocratique en cours. Et parce qu'il nous semble évident, par ailleurs, que les hommes et femmes politiques n'ont pas à décider des questions qui leur sont posées", ajoute le quotidien. (Belga)

"Le Monde a demandé à François Fillon un entretien de politique générale, comme nous l'avons fait pour les principaux candidats à l'élection présidentielle, qui ont tous accepté. L'entourage de l'ancien premier ministre a d'abord donné son accord, il y a plusieurs semaines, avant de poser comme condition de ne pas avoir à répondre à des questions portant sur les affaires pour lesquelles il a été mis en examen", explique mercredi le journal français. "Nous avons refusé parce qu'il nous semblait indispensable d'interroger François Fillon sur la moralisation de la vie publique, sujet essentiel du débat démocratique en cours. Et parce qu'il nous semble évident, par ailleurs, que les hommes et femmes politiques n'ont pas à décider des questions qui leur sont posées", ajoute le quotidien. (Belga)