M. Bayrou, qui avait obtenu 18,5% des suffrages lors du premier tour de l'élection présidentielle de 2007, laissait planer le doute sur une nouvelle candidature à la magistrature suprême. Mercredi, il a publiquement proposé à l'ancien ministre de l'Economie Emmanuel Macron une "alliance", en échange notamment d'une "loi de moralisation" de la vie politique. François Bayrou a expliqué se retirer en raison des circonstances exceptionnelles des élections du 23 avril et du 7 mai. Il a dit redouter "une flambée de l'extrême-droite" lors de ce scrutin et veut ainsi éviter une dispersion des voix au centre. (Belga)

M. Bayrou, qui avait obtenu 18,5% des suffrages lors du premier tour de l'élection présidentielle de 2007, laissait planer le doute sur une nouvelle candidature à la magistrature suprême. Mercredi, il a publiquement proposé à l'ancien ministre de l'Economie Emmanuel Macron une "alliance", en échange notamment d'une "loi de moralisation" de la vie politique. François Bayrou a expliqué se retirer en raison des circonstances exceptionnelles des élections du 23 avril et du 7 mai. Il a dit redouter "une flambée de l'extrême-droite" lors de ce scrutin et veut ainsi éviter une dispersion des voix au centre. (Belga)