"Ces élections ont été truquées par Petro Porochenko", a dénoncé Ioulia Timochenko au cours d'une conférence de presse, ajoutant toutefois ne pas avoir l'intention de porter l'affaire devant les tribunaux. "Le président actuel a privatisé le système judiciaire. Nous perdrons simplement du temps", a poursuivi l'ex-Première ministre de 58 ans, qui était en tête des sondages en début de campagne. Elle n'a pas donné de consigne de vote pour le second tour du 21 avril, qui opposera le comédien Volodymyr Zelensky, arrivé largement en tête dimanche avec 30,2% des voix selon des résultats quasi définitifs, au président sortant Petro Porochenko (15,9%). La Commission électorale ukrainienne a indiqué n'avoir constaté aucune infraction majeure et les observateurs internationaux ont salué l'organisation de ces élections jugées "pluralistes", offrant "un large choix" aux électeurs et donnant lieu à un vote "transparent" et un décompte marqué par "très peu de violations". (Belga)

"Ces élections ont été truquées par Petro Porochenko", a dénoncé Ioulia Timochenko au cours d'une conférence de presse, ajoutant toutefois ne pas avoir l'intention de porter l'affaire devant les tribunaux. "Le président actuel a privatisé le système judiciaire. Nous perdrons simplement du temps", a poursuivi l'ex-Première ministre de 58 ans, qui était en tête des sondages en début de campagne. Elle n'a pas donné de consigne de vote pour le second tour du 21 avril, qui opposera le comédien Volodymyr Zelensky, arrivé largement en tête dimanche avec 30,2% des voix selon des résultats quasi définitifs, au président sortant Petro Porochenko (15,9%). La Commission électorale ukrainienne a indiqué n'avoir constaté aucune infraction majeure et les observateurs internationaux ont salué l'organisation de ces élections jugées "pluralistes", offrant "un large choix" aux électeurs et donnant lieu à un vote "transparent" et un décompte marqué par "très peu de violations". (Belga)