David Hale, le numéro trois de la diplomatie américaine, a téléphoné à la candidate victorieuse pour la féliciter et affirmer l'engagement des Etats-Unis en vue de "faire avancer la coopération" entre les deux pays, selon un communiqué du département d'Etat américain. Washington a ainsi noté "des priorités partagées" avec Chisinau, "dont l'Etat de droit, la lutte contre la corruption, le développement de la croissance économique, ainsi que le soutien à la souveraineté de la Moldavie et son intégrité territoriale". Moscou a également félicité Mme Sandu, qui a promis lundi "un vrai équilibre" dans les relations de la Moldavie vis-à-vis de l'Occident et de la Russie. Battu, le président sortant pro-russe Igor Dodon avait d'abord appelé ses partisans à descendre dans les rues la semaine dernière avant de faire volte-face et féliciter sa rivale. La vitesse avec laquelle il a reconnu sa défaite et les félicitations de Washington à la présidente élue contrastent avec le refus de Donald Trump de concéder la sienne face à Joe Biden, après l'élection du 3 novembre. (Belga)

David Hale, le numéro trois de la diplomatie américaine, a téléphoné à la candidate victorieuse pour la féliciter et affirmer l'engagement des Etats-Unis en vue de "faire avancer la coopération" entre les deux pays, selon un communiqué du département d'Etat américain. Washington a ainsi noté "des priorités partagées" avec Chisinau, "dont l'Etat de droit, la lutte contre la corruption, le développement de la croissance économique, ainsi que le soutien à la souveraineté de la Moldavie et son intégrité territoriale". Moscou a également félicité Mme Sandu, qui a promis lundi "un vrai équilibre" dans les relations de la Moldavie vis-à-vis de l'Occident et de la Russie. Battu, le président sortant pro-russe Igor Dodon avait d'abord appelé ses partisans à descendre dans les rues la semaine dernière avant de faire volte-face et féliciter sa rivale. La vitesse avec laquelle il a reconnu sa défaite et les félicitations de Washington à la présidente élue contrastent avec le refus de Donald Trump de concéder la sienne face à Joe Biden, après l'élection du 3 novembre. (Belga)