Après avoir longtemps hésité, selon la presse iranienne, M. Larijani, qui aura 64 ans en juin, a attendu le dernier jour de la période d'enregistrement des candidatures pour venir déposer son dossier au ministère de l'Intérieur, selon un journaliste de l'AFP. Il s'agit de sa seconde candidature à la présidentielle. Il avait déjà concouru en 2005, année qui avait vu la victoire, à la surprise générale, de l'ultraconservateur et populiste Mahmoud Ahmadinejad. Figure de l'établissement politique en Iran, M. Larijani était alors chargé des négociations entre la République islamique et l'Occident sur la question nucléaire, poste dont il allait démissionner rapidement après l'élection de M. Ahmadinejad, à la suite d'un différend avec lui sur ce dossier épineux. Président du Parlement de 2008 à 2020, il ne s'était pas représenté aux législatives de février 2020. Il est actuellement conseiller du guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei. (Belga)

Après avoir longtemps hésité, selon la presse iranienne, M. Larijani, qui aura 64 ans en juin, a attendu le dernier jour de la période d'enregistrement des candidatures pour venir déposer son dossier au ministère de l'Intérieur, selon un journaliste de l'AFP. Il s'agit de sa seconde candidature à la présidentielle. Il avait déjà concouru en 2005, année qui avait vu la victoire, à la surprise générale, de l'ultraconservateur et populiste Mahmoud Ahmadinejad. Figure de l'établissement politique en Iran, M. Larijani était alors chargé des négociations entre la République islamique et l'Occident sur la question nucléaire, poste dont il allait démissionner rapidement après l'élection de M. Ahmadinejad, à la suite d'un différend avec lui sur ce dossier épineux. Président du Parlement de 2008 à 2020, il ne s'était pas représenté aux législatives de février 2020. Il est actuellement conseiller du guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei. (Belga)