Annonçant ces résultats encore provisoires, le président de la CENI Kabinet Cissé a déclaré que M. Condé avait remporté 59,49% des voix au scrutin du 18 octobre. Son principal rival Cellou Dalein Diallo, 68 ans, qui s'était proclamé vainqueur de la présidentielle avant la publication des résultats, a obtenu 33,5% des suffrages, selon la CENI. "Nous allons protester contre ce hold-up électoral par la rue", a déclaré à l'AFP l'opposant, bloqué dans son domicile de Conakry par la police: "nous allons quand même saisir la Cour constitutionelle, sans se faire trop d'illusions." Dès l'annonce des résultats, des affrontements ont éclaté entre forces de l'ordre, qui ont fait usage de gaz lacrymognènes, et manifestants, a constaté un journaliste de l'AFP. Des bérets rouges étaient en appui aux policiers et aux gendarmes et des tirs étaient entendus. "Nous sommes dans la rue, tant que Cellou Dalein ne nous demandera pas de rentrer", a assuré à l'AFP l'un des manifestants, Souleymane Cisse, chauffeur. Dans un communiqué, son parti, l'Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), a affirmé que "le bilan provisoire de ces exactions inouïes était (...) de 27 morts et de près de 200 blessés par balles", tandis qu'un bilan officiel a fait état de dix morts, sans qu'il soit possible d'obtenir un bilan des violences de source indépendante. (Belga)

Annonçant ces résultats encore provisoires, le président de la CENI Kabinet Cissé a déclaré que M. Condé avait remporté 59,49% des voix au scrutin du 18 octobre. Son principal rival Cellou Dalein Diallo, 68 ans, qui s'était proclamé vainqueur de la présidentielle avant la publication des résultats, a obtenu 33,5% des suffrages, selon la CENI. "Nous allons protester contre ce hold-up électoral par la rue", a déclaré à l'AFP l'opposant, bloqué dans son domicile de Conakry par la police: "nous allons quand même saisir la Cour constitutionelle, sans se faire trop d'illusions." Dès l'annonce des résultats, des affrontements ont éclaté entre forces de l'ordre, qui ont fait usage de gaz lacrymognènes, et manifestants, a constaté un journaliste de l'AFP. Des bérets rouges étaient en appui aux policiers et aux gendarmes et des tirs étaient entendus. "Nous sommes dans la rue, tant que Cellou Dalein ne nous demandera pas de rentrer", a assuré à l'AFP l'un des manifestants, Souleymane Cisse, chauffeur. Dans un communiqué, son parti, l'Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), a affirmé que "le bilan provisoire de ces exactions inouïes était (...) de 27 morts et de près de 200 blessés par balles", tandis qu'un bilan officiel a fait état de dix morts, sans qu'il soit possible d'obtenir un bilan des violences de source indépendante. (Belga)