"A ceux qui peuvent et qui veulent voter, dépassez vos craintes", a déclaré l'actuel chef de l'Etat après avoir lui-même voté dans son fief de Celorico de Basto, dans la région du Minho (nord). "Le vote se déroule bien dans tout le pays, avec distanciation, respect des règles sanitaires et patience de la part des Portugais. (...) Les gens peuvent voter sans aucun problème", a-t-il insisté. Avec un taux de participation de 35,4% à 16h00 (17h00 en Belgique), la mobilisation ne semblait qu'en légère baisse par rapport à la présidentielle de 2016 (37,7% à la même heure), alors que certains analystes redoutaient une abstention record avoisinant les 70%. Les projections des médias locaux sont attendues à 20h00 (21h00 en Belgique) et les résultats officiels seront annoncés dans la foulée, mais tous les sondages réalisés avant l'élection ont prédit la victoire du président sortant dès le premier tour. L'enjeu du scrutin est aussi de savoir quel score fera le candidat d'extrême droite André Ventura. Cherchant à confirmer la progression du populisme de droite dans un pays qui, jusqu'ici, faisait figure d'exception au plan international, il s'est donné pour objectif d'arriver en deuxième position, devant l'ex-eurodéputée socialiste Ana Gomes. (Belga)

"A ceux qui peuvent et qui veulent voter, dépassez vos craintes", a déclaré l'actuel chef de l'Etat après avoir lui-même voté dans son fief de Celorico de Basto, dans la région du Minho (nord). "Le vote se déroule bien dans tout le pays, avec distanciation, respect des règles sanitaires et patience de la part des Portugais. (...) Les gens peuvent voter sans aucun problème", a-t-il insisté. Avec un taux de participation de 35,4% à 16h00 (17h00 en Belgique), la mobilisation ne semblait qu'en légère baisse par rapport à la présidentielle de 2016 (37,7% à la même heure), alors que certains analystes redoutaient une abstention record avoisinant les 70%. Les projections des médias locaux sont attendues à 20h00 (21h00 en Belgique) et les résultats officiels seront annoncés dans la foulée, mais tous les sondages réalisés avant l'élection ont prédit la victoire du président sortant dès le premier tour. L'enjeu du scrutin est aussi de savoir quel score fera le candidat d'extrême droite André Ventura. Cherchant à confirmer la progression du populisme de droite dans un pays qui, jusqu'ici, faisait figure d'exception au plan international, il s'est donné pour objectif d'arriver en deuxième position, devant l'ex-eurodéputée socialiste Ana Gomes. (Belga)