"Les ministres des Affaires étrangères ont donné leur accord pour sanctionner les responsables de la répression et une liste de noms va être établie", ont précisé plusieurs responsables européens. Le ministre belge des Affaires étrangères, Philippe Goffin, a affirmé soutenir le principe de "mesures restrictives ciblées supplémentaires" contre le régime du président Loukachenko. "La Belgique n'est cependant pas favorable aux sanctions économiques, car celles-ci auraient un impact négatif sur la situation de la population", a-t-il déclaré à l'agence Belga. Le chef de la diplomatie belge a également plaidé en faveur du maintien de "canaux de communication ouverts" avec Minsk. "Par conséquent, nous devons maintenir le dialogue avec le Bélarus", a-t-il ajouté. M. Goffin a souligné que les jeunes générations de Bélarusses ont développé une conscience politique croissante. Ils exigent le respect de leurs droits et libertés démocratiques. "Nos programmes de coopération avec la société civile ont clairement contribué à cette tendance, tout comme le développement des médias sociaux au Bélarus", pointe le ministre. Selon lui, cette tendance doit être encore renforcée. Le ministre luxembourgeois, Jean Asselborn, a pour sa part souligné que les nouvelles sanctions devraient viser clairement les personnes du régime responsables des récentes violences et violations des droits humains. (Belga)

"Les ministres des Affaires étrangères ont donné leur accord pour sanctionner les responsables de la répression et une liste de noms va être établie", ont précisé plusieurs responsables européens. Le ministre belge des Affaires étrangères, Philippe Goffin, a affirmé soutenir le principe de "mesures restrictives ciblées supplémentaires" contre le régime du président Loukachenko. "La Belgique n'est cependant pas favorable aux sanctions économiques, car celles-ci auraient un impact négatif sur la situation de la population", a-t-il déclaré à l'agence Belga. Le chef de la diplomatie belge a également plaidé en faveur du maintien de "canaux de communication ouverts" avec Minsk. "Par conséquent, nous devons maintenir le dialogue avec le Bélarus", a-t-il ajouté. M. Goffin a souligné que les jeunes générations de Bélarusses ont développé une conscience politique croissante. Ils exigent le respect de leurs droits et libertés démocratiques. "Nos programmes de coopération avec la société civile ont clairement contribué à cette tendance, tout comme le développement des médias sociaux au Bélarus", pointe le ministre. Selon lui, cette tendance doit être encore renforcée. Le ministre luxembourgeois, Jean Asselborn, a pour sa part souligné que les nouvelles sanctions devraient viser clairement les personnes du régime responsables des récentes violences et violations des droits humains. (Belga)