Interrogé mercredi sur la chaîne ABC, M. Trump a assuré que son vice-président --qui constitutionnellement prend la place du président en cas d'empêchement-- sera un républicain et "il sera très probablement une personne avec de l'expérience en politique". "Je voudrais quelqu'un qui ait vraiment du talent pour interagir avec le Sénat, pour interagir avec le Congrès, qui puisse faire voter des lois", a dit M. Trump, soulignant qu'il n'avait aucune envie de légiférer par décret comme le président Barack Obama. Le milliardaire, qui a terrassé son dernier adversaire de poids dans l'Indiana mardi et a forcé Ted Cruz à jeter l'éponge, devrait désormais atteindre sans problème le nombre de 1.237 délégués pour être automatiquement désigné comme candidat de son parti. Le style de M. Trump, ses attaques personnelles, les idées qu'il défend ont profondément divisé le parti républicain et il a dès mardi promis de rassembler. Un choix judicieux de colistier pourrait permettre de surmonter les réticences à voter pour lui. Le milliardaire a toutefois affirmé qu'il n'avait pas encore fait son choix. (Belga)

Interrogé mercredi sur la chaîne ABC, M. Trump a assuré que son vice-président --qui constitutionnellement prend la place du président en cas d'empêchement-- sera un républicain et "il sera très probablement une personne avec de l'expérience en politique". "Je voudrais quelqu'un qui ait vraiment du talent pour interagir avec le Sénat, pour interagir avec le Congrès, qui puisse faire voter des lois", a dit M. Trump, soulignant qu'il n'avait aucune envie de légiférer par décret comme le président Barack Obama. Le milliardaire, qui a terrassé son dernier adversaire de poids dans l'Indiana mardi et a forcé Ted Cruz à jeter l'éponge, devrait désormais atteindre sans problème le nombre de 1.237 délégués pour être automatiquement désigné comme candidat de son parti. Le style de M. Trump, ses attaques personnelles, les idées qu'il défend ont profondément divisé le parti républicain et il a dès mardi promis de rassembler. Un choix judicieux de colistier pourrait permettre de surmonter les réticences à voter pour lui. Le milliardaire a toutefois affirmé qu'il n'avait pas encore fait son choix. (Belga)