"La Russie est susceptible de continuer à accentuer les critiques contre le vote par correspondance (...) afin que la population perde confiance dans le processus électoral", écrivent dans la note les spécialistes en renseignement du département de la Sécurité intérieure (DHS). Ils estiment que les efforts russes en ce sens ont commencé au moins en mars 2020, via les médias d'Etat et les réseaux sociaux, et se sont accélérés avec la propagation aux Etats-Unis de la pandémie de Covid-19, qui devrait pousser de nombreux Américains à privilégier cette année le vote par correspondance pour la présidentielle. Le président américain Donald Trump alerte lui-même depuis des semaines, sans preuve tangible, d'un risque de fraude en cas de recours massif au vote par correspondance. L'élu démocrate Adam Schiff, responsable de la commission du renseignement de la Chambre des représentants, a estimé dans un communiqué que la Russie se faisait justement "l'écho" des "allégations fausses et trompeuses" du milliardaire républicain. Des sénateurs démocrates ont par ailleurs demandé jeudi au département du Trésor de sanctionner "immédiatement" tout individu ou organisation russe interférant dans l'élection américaine. Le renseignement américain dispose, selon eux, d'informations montrant que la Russie cherche à nuire à la campagne du candidat démocrate Joe Biden et à favoriser celle de Donald Trump, comme elle l'avait déjà fait en 2016. (Belga)

"La Russie est susceptible de continuer à accentuer les critiques contre le vote par correspondance (...) afin que la population perde confiance dans le processus électoral", écrivent dans la note les spécialistes en renseignement du département de la Sécurité intérieure (DHS). Ils estiment que les efforts russes en ce sens ont commencé au moins en mars 2020, via les médias d'Etat et les réseaux sociaux, et se sont accélérés avec la propagation aux Etats-Unis de la pandémie de Covid-19, qui devrait pousser de nombreux Américains à privilégier cette année le vote par correspondance pour la présidentielle. Le président américain Donald Trump alerte lui-même depuis des semaines, sans preuve tangible, d'un risque de fraude en cas de recours massif au vote par correspondance. L'élu démocrate Adam Schiff, responsable de la commission du renseignement de la Chambre des représentants, a estimé dans un communiqué que la Russie se faisait justement "l'écho" des "allégations fausses et trompeuses" du milliardaire républicain. Des sénateurs démocrates ont par ailleurs demandé jeudi au département du Trésor de sanctionner "immédiatement" tout individu ou organisation russe interférant dans l'élection américaine. Le renseignement américain dispose, selon eux, d'informations montrant que la Russie cherche à nuire à la campagne du candidat démocrate Joe Biden et à favoriser celle de Donald Trump, comme elle l'avait déjà fait en 2016. (Belga)