"L'objectif numéro un de la National Security Agency et du Cyber Command, c'est un scrutin 2020 sûr, sécurisé et légitime", a déclaré le général Nakasone, qui chapeaute à la fois l'agence de renseignement militaire et le commandement militaire américain pour le cyberespace. Pour y parvenir "nous allons obtenir des informations sur nos adversaires", a-t-il ajouté lors d'une conférence en ligne organisée par l'armée de terre américaine. "Nous allons les connaître mieux qu'ils ne se connaissent eux-mêmes". Et surtout, "nous allons agir", a-t-il poursuivi. "Nous agirons quand nous verrons nos adversaires tenter de s'ingérer dans nos élections". Le patron de la NSA n'a pas précisé quel genre de mesures les Etats-Unis pourraient prendre, invoquant le secret défense, mais il a rappelé le concept sur lequel le Cyber Command fonde sa stratégie: la "défense vers l'avant", c'est-à-dire la neutralisation des menaces avant qu'elles n'atteignent le territoire américain. Pour assurer la sécurité des élections, les militaires veulent aussi coopérer avec plusieurs grandes universités qui effectuent des recherches sur les campagnes d'influence sur les réseaux sociaux, a-t-il ajouté. L'armée américaine avait révélé en début d'année avoir piraté avec succès le groupe Etat islamique en 2016 pour perturber leur campagne de recrutement. Les services de renseignement américains accusent la Russie de s'être ingérée dans l'élection présidentielle de 2016 ayant porté Donald Trump au pouvoir, ce que le président américain dément. (Belga)

"L'objectif numéro un de la National Security Agency et du Cyber Command, c'est un scrutin 2020 sûr, sécurisé et légitime", a déclaré le général Nakasone, qui chapeaute à la fois l'agence de renseignement militaire et le commandement militaire américain pour le cyberespace. Pour y parvenir "nous allons obtenir des informations sur nos adversaires", a-t-il ajouté lors d'une conférence en ligne organisée par l'armée de terre américaine. "Nous allons les connaître mieux qu'ils ne se connaissent eux-mêmes". Et surtout, "nous allons agir", a-t-il poursuivi. "Nous agirons quand nous verrons nos adversaires tenter de s'ingérer dans nos élections". Le patron de la NSA n'a pas précisé quel genre de mesures les Etats-Unis pourraient prendre, invoquant le secret défense, mais il a rappelé le concept sur lequel le Cyber Command fonde sa stratégie: la "défense vers l'avant", c'est-à-dire la neutralisation des menaces avant qu'elles n'atteignent le territoire américain. Pour assurer la sécurité des élections, les militaires veulent aussi coopérer avec plusieurs grandes universités qui effectuent des recherches sur les campagnes d'influence sur les réseaux sociaux, a-t-il ajouté. L'armée américaine avait révélé en début d'année avoir piraté avec succès le groupe Etat islamique en 2016 pour perturber leur campagne de recrutement. Les services de renseignement américains accusent la Russie de s'être ingérée dans l'élection présidentielle de 2016 ayant porté Donald Trump au pouvoir, ce que le président américain dément. (Belga)