"Mes compatriotes, ce soir, avec un coeur plein de reconnaissance et un optimisme sans limite, j'accepte cette nomination pour la présidence des Etats-Unis", a-t-il lancé devant un parterre d'un millier d'invités, après un discours de sa fille et conseillère, Ivanka Trump. Le président a affirmé que son rival démocrate à la présidentielle, Joe Biden, serait le fossoyeur de "la grandeur de l'Amérique" s'il était élu. "Joe Biden n'est pas le sauveur de l'âme de l'Amérique, il est le destructeur des emplois de l'Amérique", a ajouté M. Trump, en référence à une expression souvent employée par l'ancien vice-président de Barack Obama. "Nous allons reconstruire la plus forte économie de l'Histoire", a promis le président républicain, s'exprimant à un pupitre installé dans les jardins de la Maison Blanche, face à une assemblée de quelque 1.500 invités. A moins de 70 jours de l'élection, le discours du président américain clôturait une convention républicaine organisée sous forme de véritable spectacle Trump, partiellement virtuel en raison du Covid-19. Vision inédite et longtemps inimaginable, les pelouses de la Maison-Blanche ont été transformées en scène de réunion politique. (Belga)

"Mes compatriotes, ce soir, avec un coeur plein de reconnaissance et un optimisme sans limite, j'accepte cette nomination pour la présidence des Etats-Unis", a-t-il lancé devant un parterre d'un millier d'invités, après un discours de sa fille et conseillère, Ivanka Trump. Le président a affirmé que son rival démocrate à la présidentielle, Joe Biden, serait le fossoyeur de "la grandeur de l'Amérique" s'il était élu. "Joe Biden n'est pas le sauveur de l'âme de l'Amérique, il est le destructeur des emplois de l'Amérique", a ajouté M. Trump, en référence à une expression souvent employée par l'ancien vice-président de Barack Obama. "Nous allons reconstruire la plus forte économie de l'Histoire", a promis le président républicain, s'exprimant à un pupitre installé dans les jardins de la Maison Blanche, face à une assemblée de quelque 1.500 invités. A moins de 70 jours de l'élection, le discours du président américain clôturait une convention républicaine organisée sous forme de véritable spectacle Trump, partiellement virtuel en raison du Covid-19. Vision inédite et longtemps inimaginable, les pelouses de la Maison-Blanche ont été transformées en scène de réunion politique. (Belga)