"Je ne serai pas candidat car j'aime respecter mes propres engagements. J'avais dit en janvier dernier que je ne souhaitais pas me présenter aux élections de mai dernier. J'avais fait part de mon souhait de prendre de la distance et réfléchir à une participation à l'émergence d'un mouvement de réflexion politique", a expliqué M. Gosuin. Remerciant ceux qui l'ont encouragé, malgré cela, à faire acte de candidature à la tête d'un parti - ndlr: où il a compté depuis une trentaine d'années -, l'actuel bourgmestre d'Auderghem a précisé avoir attendu de se prononcer définitivement car il voulait "s'assurer qu'il y avait des candidats valables". Jusqu'à présent, seul le nouveau chef de file de DéFI la Chambre, François De Smedt a fait acte publiquement de candidature. "Il y a une candidature de jeune à l'accent de renouveau avec de la surface intellectuelle. Mon rôle est de permettre ce renouveau ouvert à la société civile", a-t-il dit, sans citer M. De Smedt. Les candidatures peuvent être déposées jusqu'à dimanche soir, à minuit, au siège du parti. Didier Gosuin ne voit pas d'un mauvais oeil la perspective du dépôt d'une autre candidature, d'ici là, dès le moment où cela peut "ouvrir un débat" au départ de "projets différents", mais "précis". "Mais si c'est une candidature par défaut, parce que Gosuin renonce à se présenter, cela n'est pas très crédible", a-t-il conclu.

L'ex-ministre régional bruxellois Didier Gosuin ne sera pas candidat à l'élection de la personne appelée à succéder à Olivier Maingain à la présidence de DéFI à partir du mois de décembre prochain. L'ex-ministre régional bruxellois et chef de file de DéFI l'a annoncé lui-même via l'agence Belga, vendredi, en fin de journée.

"Je ne serai pas candidat car j'aime respecter mes propres engagements. J'avais dit en janvier dernier que je ne souhaitais pas me présenter aux élections de mai dernier. J'avais fait part de mon souhait de prendre de la distance et réfléchir à une participation à l'émergence d'un mouvement de réflexion politique", a expliqué M. Gosuin.

Remerciant ceux qui l'ont encouragé, malgré cela, à faire acte de candidature à la tête d'un parti - ndlr: où il a compté depuis une trentaine d'années -, l'actuel bourgmestre d'Auderghem a précisé avoir attendu de se prononcer définitivement car il voulait "s'assurer qu'il y avait des candidats valables".

Jusqu'à présent, seul le nouveau chef de file de DéFI la Chambre, François De Smedt a fait acte publiquement de candidature.

"Il y a une candidature de jeune à l'accent de renouveau avec de la surface intellectuelle. Mon rôle est de permettre ce renouveau ouvert à la société civile", a-t-il dit, sans citer M. De Smedt.

Les candidatures peuvent être déposées jusqu'à dimanche soir, à minuit, au siège du parti.

Didier Gosuin ne voit pas d'un mauvais oeil la perspective du dépôt d'une autre candidature, d'ici là, dès le moment où cela peut "ouvrir un débat" au départ de "projets différents", mais "précis".

"Mais si c'est une candidature par défaut, parce que Gosuin renonce à se présenter, cela n'est pas très crédible", a-t-il conclu.