Cette prestigieuse position lui a été attribuée de manière aléatoire, chaque pays en ayant l'opportunité selon l'ordre alphabétique. Le premier thème que la diplomatie noir-jaune-rouge portera à l'agenda du conseil est celui des enfants dans les conflits armés. Le 12 février, à l'occasion de la journée mondiale des enfants-soldats, le roi Philippe, le ministre des Affaires étrangères Philippe Goffin et le secrétaire général Antonio Guterres s'exprimeront à la tribune. Le mardi 13 février sera lui consacré à la justice transitionnelle. Le concept désigne les mesures mises en place pour promouvoir la justice et la reconnaissance des victimes d'exactions de masse, en vue d'un retour à une situation démocratique. Enfin, le 25 février le haut représentant à la politique étrangère Josep Borrell sera l'invité de la présidence, dans le but de soutenir un renforcement de la collaboration entre le Conseil et l'Union européenne. Ce mois de février sera le premier de l'ère post-Brexit, dont la concrétisation signifie que le Conseil ne comptera plus que quatre membres de l'UE sur quinze d'ici la fin de l'année (France, Allemagne, Estonie, Belgique). Entre ces trois grands rendez-vous, la Belgique aura pour mission de gérer les discussions, de garantir le bon fonctionnement de l'instance, tout en s'adaptant aux conséquences de l'actualité. "La prévention des conflits est centrale, même si nombre d'entre eux sont actuellement dans l'enlisement, sans solution en vue", reconnait le ministre Goffin. (Belga)

Cette prestigieuse position lui a été attribuée de manière aléatoire, chaque pays en ayant l'opportunité selon l'ordre alphabétique. Le premier thème que la diplomatie noir-jaune-rouge portera à l'agenda du conseil est celui des enfants dans les conflits armés. Le 12 février, à l'occasion de la journée mondiale des enfants-soldats, le roi Philippe, le ministre des Affaires étrangères Philippe Goffin et le secrétaire général Antonio Guterres s'exprimeront à la tribune. Le mardi 13 février sera lui consacré à la justice transitionnelle. Le concept désigne les mesures mises en place pour promouvoir la justice et la reconnaissance des victimes d'exactions de masse, en vue d'un retour à une situation démocratique. Enfin, le 25 février le haut représentant à la politique étrangère Josep Borrell sera l'invité de la présidence, dans le but de soutenir un renforcement de la collaboration entre le Conseil et l'Union européenne. Ce mois de février sera le premier de l'ère post-Brexit, dont la concrétisation signifie que le Conseil ne comptera plus que quatre membres de l'UE sur quinze d'ici la fin de l'année (France, Allemagne, Estonie, Belgique). Entre ces trois grands rendez-vous, la Belgique aura pour mission de gérer les discussions, de garantir le bon fonctionnement de l'instance, tout en s'adaptant aux conséquences de l'actualité. "La prévention des conflits est centrale, même si nombre d'entre eux sont actuellement dans l'enlisement, sans solution en vue", reconnait le ministre Goffin. (Belga)