Le service dédié de l'UZ Gent, qui prend actuellement 1.300 patients en charge, ne peut répondre à l'ensemble des demandes. Au total, 769 personnes sont inscrites sur la liste d'attente, dont 561 adultes et 208 enfants ou adolescents. Face aux sollicitations croissantes, l'hôpital prévoit d'étendre son service en engageant cinq professionnels de soins de santé supplémentaires, dont deux psychologues. En 2020, les dix psychologues du centre ont accompagné 285 nouveaux patients. "L'évolution du nombre de consultations n'est pas une surprise et nous ne nous attendons pas à ce que cela diminue", affirme le professeur Guy T'Sjoen. "Aux Pays-Bas, les demandes suivent une même tendance à la hausse depuis des années", ajoute-t-il. En Flandre, le nombre de psychothérapeutes, endocrinologues et chirurgiens expérimentés dans l'accompagnement des personnes transgenres augmente peu à peu. Mais l'offre de soins psychiques et d'endocrinologie fait défaut pour les adolescents et les enfants. En Wallonie, le CHU de Liège fait figure de centre de références en la matière. "La demande est régulière mais nous ne sommes pas débordés. On accompagne en ce moment une quarantaine d'adolescents sur le plan psychologique et/ou hormonal", précise le chef de service Alain Malchaire. (Belga)

Le service dédié de l'UZ Gent, qui prend actuellement 1.300 patients en charge, ne peut répondre à l'ensemble des demandes. Au total, 769 personnes sont inscrites sur la liste d'attente, dont 561 adultes et 208 enfants ou adolescents. Face aux sollicitations croissantes, l'hôpital prévoit d'étendre son service en engageant cinq professionnels de soins de santé supplémentaires, dont deux psychologues. En 2020, les dix psychologues du centre ont accompagné 285 nouveaux patients. "L'évolution du nombre de consultations n'est pas une surprise et nous ne nous attendons pas à ce que cela diminue", affirme le professeur Guy T'Sjoen. "Aux Pays-Bas, les demandes suivent une même tendance à la hausse depuis des années", ajoute-t-il. En Flandre, le nombre de psychothérapeutes, endocrinologues et chirurgiens expérimentés dans l'accompagnement des personnes transgenres augmente peu à peu. Mais l'offre de soins psychiques et d'endocrinologie fait défaut pour les adolescents et les enfants. En Wallonie, le CHU de Liège fait figure de centre de références en la matière. "La demande est régulière mais nous ne sommes pas débordés. On accompagne en ce moment une quarantaine d'adolescents sur le plan psychologique et/ou hormonal", précise le chef de service Alain Malchaire. (Belga)