On trouve en moyenne 137 détritus par 100 mètres de côte sur les plages du littoral. Le sable est jonché de détritus surtout après la période estivale. Outre les mégots de cigarettes et les bouteilles en plastique, on trouve aussi beaucoup de masques buccaux abandonnés, qui mettent jusqu'à 450 ans pour se dégrader dans la nature, tandis que les petits fragments de plastique ne disparaissent jamais complètement. "Après plus d'un an de crise du coronavirus, nos plages sont tout sauf propres. L'impact d'une année de distanciation sociale n'a apparemment pas eu d'effet sur notre engagement commun en matière de durabilité", a déclare Sven Fransen, l'initiateur de l'action. Le ministre de la Mer du Nord Vincent Van Quickenborne (Open Vld) a pour sa part plaidé pour une approche européenne. "Des actions coordonnées comme celle d'aujourd'hui sont nécessaires dans différents domaines et à différents niveaux. Les déchets ne s'arrêtent pas à notre frontière belge." (Belga)

On trouve en moyenne 137 détritus par 100 mètres de côte sur les plages du littoral. Le sable est jonché de détritus surtout après la période estivale. Outre les mégots de cigarettes et les bouteilles en plastique, on trouve aussi beaucoup de masques buccaux abandonnés, qui mettent jusqu'à 450 ans pour se dégrader dans la nature, tandis que les petits fragments de plastique ne disparaissent jamais complètement. "Après plus d'un an de crise du coronavirus, nos plages sont tout sauf propres. L'impact d'une année de distanciation sociale n'a apparemment pas eu d'effet sur notre engagement commun en matière de durabilité", a déclare Sven Fransen, l'initiateur de l'action. Le ministre de la Mer du Nord Vincent Van Quickenborne (Open Vld) a pour sa part plaidé pour une approche européenne. "Des actions coordonnées comme celle d'aujourd'hui sont nécessaires dans différents domaines et à différents niveaux. Les déchets ne s'arrêtent pas à notre frontière belge." (Belga)