Une soixantaine d'îlots à quatre compartiments sont répartis sur et aux abords du site. Environ 200 bénévoles d'associations rémunérées par le festival passent ensuite récupérer les différentes poubelles et elles sont entièrement vidées dans le centre de tri principal et celui du camping festif. Là, l'objectif est que plus une seule ordure n'arrive à mauvaise destination. Cartons, PMC, compostables et déchets ménagers non recyclables, tout est passé au peigne fin et chaque sac vidé est aussi réutilisé. "Cela fait une dizaine d'années que nous procédons de la sorte", a commenté Thomas Ducarne, responsable du tri. "De 2011 à 2018, nous avons vu la proportion d'ordures ménagères sortant du site passer de 305 à 157 grammes par festivalier." "Globalement, on voit que les spectateurs veulent bien faire, mais ils commettent encore des erreurs", a-t-il ajouté. "Par exemple, on trouve souvent des contenants en plastique souillés dans les PMC, alors qu'il s'agit d'ordures ménagères. Notre Green Team est donc là pour corriger cela et informer le public afin de l'aider à mieux trier ses déchets. C'est un investissement et une importante logistique, mais c'est primordial pour nous." En 2019, sur les quelque 20 tonnes de déchets qui devraient être générées par la trentaine de milliers de festivaliers attendus en trois jours, seules 5 à 6 tonnes ne pourront pas être recyclées et les organisateurs espèrent faire mieux encore à l'avenir. (Belga)