La commission de la Justice de la Chambre a approuvé vendredi la proposition de loi qui élargit les conditions de l'avortement et le dépénalise complètement. La proposition sera abordée en séance plénière après le congé de fin d'année. Le texte doit maintenant passer en plénière. L'allongement de la période d'avortement de 12 à 18 semaines peut avoir des conséquences potentiellement importantes pour les femmes, selon les signataires de la pétition. "Les soignants craignent également que le temps nécessaire à la réflexion ne soit perdu en supprimant le délai de réflexion", selon les associations www.abortus-avortement.be et le Comité Bezorgde Ouders. Ils prennent ainsi l'exemple d'autres pays européens. "Même aux Pays-Bas, où la législation est plus souple que la nôtre, ce délai de réflexion est maintenu à cinq jours. Plus de 85% des pays européens limitent le délai légal pour avorter à trois mois ou moins". Le texte porte à 18 semaines le délai dans lequel une interruption volontaire de grossesse peut être pratiquée au lieu de 12 semaines actuellement. L'IVG est en outre complètement dépénalisée, aussi bien pour les femmes que pour les médecins qui le pratiquent, et le délai de réflexion est réduit de six jours à 48 heures. (Belga)

La commission de la Justice de la Chambre a approuvé vendredi la proposition de loi qui élargit les conditions de l'avortement et le dépénalise complètement. La proposition sera abordée en séance plénière après le congé de fin d'année. Le texte doit maintenant passer en plénière. L'allongement de la période d'avortement de 12 à 18 semaines peut avoir des conséquences potentiellement importantes pour les femmes, selon les signataires de la pétition. "Les soignants craignent également que le temps nécessaire à la réflexion ne soit perdu en supprimant le délai de réflexion", selon les associations www.abortus-avortement.be et le Comité Bezorgde Ouders. Ils prennent ainsi l'exemple d'autres pays européens. "Même aux Pays-Bas, où la législation est plus souple que la nôtre, ce délai de réflexion est maintenu à cinq jours. Plus de 85% des pays européens limitent le délai légal pour avorter à trois mois ou moins". Le texte porte à 18 semaines le délai dans lequel une interruption volontaire de grossesse peut être pratiquée au lieu de 12 semaines actuellement. L'IVG est en outre complètement dépénalisée, aussi bien pour les femmes que pour les médecins qui le pratiquent, et le délai de réflexion est réduit de six jours à 48 heures. (Belga)