De nombreuses personnes se sont lancées dans l'eutrepreunariat durant l'été, comparé à l'an dernier. "Le fait que moins de personnes aient commencé en avril et mai s'explique logiquement par les circonstances", explique Danny Van Assche, directeur général d'Unizo. "L'impact de la crise s'est alors fait pleinement sentir. De nombreuses personnes ne pouvaient tout simplement pas ou n'étaient pas autorisées à commencer. Mais, pendant le confinement, plus de 1.750 personnes ont franchi le pas. Beaucoup d'entre elles avaient probablement déjà quitté leur emploi, loué des locaux et emprunté de l'argent". (Belga)

De nombreuses personnes se sont lancées dans l'eutrepreunariat durant l'été, comparé à l'an dernier. "Le fait que moins de personnes aient commencé en avril et mai s'explique logiquement par les circonstances", explique Danny Van Assche, directeur général d'Unizo. "L'impact de la crise s'est alors fait pleinement sentir. De nombreuses personnes ne pouvaient tout simplement pas ou n'étaient pas autorisées à commencer. Mais, pendant le confinement, plus de 1.750 personnes ont franchi le pas. Beaucoup d'entre elles avaient probablement déjà quitté leur emploi, loué des locaux et emprunté de l'argent". (Belga)