Le système a été considérablement assoupli pour permettre d'éviter des licenciements massifs ou des faillites dus à la crise du coronavirus. Le travailleur reçoit une allocation correspondant à 70% de son salaire moyen plafonné ainsi qu'un supplément de 5,63 euros par jour à charge de l'ONEM. Un bond a été constaté récemment car des PME ont attendu le début du mois d'avril pour introduire leurs demandes. Mme Muylle (CD&V) s'attend maintenant à une stabilisation. Le chiffre de 1,268 million est brut, c'est-à-dire qu'il concerne les demandes introduites pas les entreprises. Celles-ci peuvent constituer un dossier pour l'ensemble de leurs travailleurs, alors que certains ne seront finalement pas concernés parce qu'il doivent par exemple assurer la comptabilité. Au final, quelque 900.000 travailleurs devraient percevoir une allocation, la plupart pour du chômage complet, d'autres pour du chômage partiel pouvant aller jusqu'à seulement quelques jours. Les demandes peuvent être introduites jusqu'au 19 avril, mais la période sera prolongée si les mesures de confinement le sont aussi, selon la ministre. La période de chômage temporaire, elle, court jusqu'à présent jusqu'au 30 juin. Des entreprises pourraient d'ici là avoir repris leurs activités au moins partiellement. (Belga)

Le système a été considérablement assoupli pour permettre d'éviter des licenciements massifs ou des faillites dus à la crise du coronavirus. Le travailleur reçoit une allocation correspondant à 70% de son salaire moyen plafonné ainsi qu'un supplément de 5,63 euros par jour à charge de l'ONEM. Un bond a été constaté récemment car des PME ont attendu le début du mois d'avril pour introduire leurs demandes. Mme Muylle (CD&V) s'attend maintenant à une stabilisation. Le chiffre de 1,268 million est brut, c'est-à-dire qu'il concerne les demandes introduites pas les entreprises. Celles-ci peuvent constituer un dossier pour l'ensemble de leurs travailleurs, alors que certains ne seront finalement pas concernés parce qu'il doivent par exemple assurer la comptabilité. Au final, quelque 900.000 travailleurs devraient percevoir une allocation, la plupart pour du chômage complet, d'autres pour du chômage partiel pouvant aller jusqu'à seulement quelques jours. Les demandes peuvent être introduites jusqu'au 19 avril, mais la période sera prolongée si les mesures de confinement le sont aussi, selon la ministre. La période de chômage temporaire, elle, court jusqu'à présent jusqu'au 30 juin. Des entreprises pourraient d'ici là avoir repris leurs activités au moins partiellement. (Belga)