Le ministère des affaires étrangères allemand a fait savoir que le représentant spécial pour l'Afghanistan Jasper Wieck et l'ambassadeur désigné Markus Potzel s'étaient entretenus avec le gouvernement taliban dans cette ville mardi. Les discussions ont porté sur des domaines "où une coopération pratiques est à la fois nécessaire et possible", en particulier en ce qui concerne la situation humanitaire dans le pays, a communiqué ce ministère. L'ambassade allemande à Kaboul a été évacuée mi-août alors que l'avancée des Talibans s'avérait plus rapide qu'escomptée. Les gouvernements occidentaux sont confrontés à un dilemme depuis la prise de pouvoir. Ils cherchent à venir en aide à la population, paupérisée et qui risque la famine, mais veulent éviter d'apporter un appui aux Talibans, dont le régime n'est pas reconnu à l'international. L'inquiétude est particulièrement grande pour le sort des femmes et des filles, exclues de la société. La plupart des filles en âge de scolarité sont interdites d'éducation et la plupart des femmes qui étaient fonctionnaires sont interdites de travail. Les Talibans assurent que ces mesures sont temporaires mais aucun signe n'indique qu'elles vont prendre fin. Lors de leurs entretiens avec les diplomates allemands, les représentants du gouvernement taliban ont garanti "assurer un accès sûr et non restreint aux travailleurs humanitaires - dont les collaboratrices - vers les communautés qui nécessitent de l'assistance", selon Berlin. Le groupe islamiste a aussi fait preuve de compréhension au sujet du fait qu'un "accès égal à l'éducation pour les filles et les garçons est une nécessité nationale pour l'Afghanistan". "Nous avons pris note de ces promesses. D'autres engagements dépendent de leur mise en ?uvre", affirme encore la diplomatie allemande. (Belga)

Le ministère des affaires étrangères allemand a fait savoir que le représentant spécial pour l'Afghanistan Jasper Wieck et l'ambassadeur désigné Markus Potzel s'étaient entretenus avec le gouvernement taliban dans cette ville mardi. Les discussions ont porté sur des domaines "où une coopération pratiques est à la fois nécessaire et possible", en particulier en ce qui concerne la situation humanitaire dans le pays, a communiqué ce ministère. L'ambassade allemande à Kaboul a été évacuée mi-août alors que l'avancée des Talibans s'avérait plus rapide qu'escomptée. Les gouvernements occidentaux sont confrontés à un dilemme depuis la prise de pouvoir. Ils cherchent à venir en aide à la population, paupérisée et qui risque la famine, mais veulent éviter d'apporter un appui aux Talibans, dont le régime n'est pas reconnu à l'international. L'inquiétude est particulièrement grande pour le sort des femmes et des filles, exclues de la société. La plupart des filles en âge de scolarité sont interdites d'éducation et la plupart des femmes qui étaient fonctionnaires sont interdites de travail. Les Talibans assurent que ces mesures sont temporaires mais aucun signe n'indique qu'elles vont prendre fin. Lors de leurs entretiens avec les diplomates allemands, les représentants du gouvernement taliban ont garanti "assurer un accès sûr et non restreint aux travailleurs humanitaires - dont les collaboratrices - vers les communautés qui nécessitent de l'assistance", selon Berlin. Le groupe islamiste a aussi fait preuve de compréhension au sujet du fait qu'un "accès égal à l'éducation pour les filles et les garçons est une nécessité nationale pour l'Afghanistan". "Nous avons pris note de ces promesses. D'autres engagements dépendent de leur mise en ?uvre", affirme encore la diplomatie allemande. (Belga)