"Ils se sont clairement manqués et c'est toujours un premier pas vers la normalité", explique-ton du côté de l'enseignement catholique (Katholiek Onderwijs Vlaanderen). "Dans ces circonstances inédites, il faut un certain temps pour s'habituer car les règles de distance et l'accent mis sur l'hygiène des mains ont un impact majeur". Mais finalement, peu d'obstacles imprévus ont surgi. "La préparation, qui a été faite dans les moindres détails, donne des résultats."

De plus, les écoles catholiques constatent une bonne fréquentation des élèves. Les règles sont aussi généralement bien respectées, estime-t-on.

La première journée d'essai de la réouverture des écoles s'est bien déroulée, également dans les établissements gérés par la Communauté flamande (GO! ). "Les enseignants et les élèves indiquent qu'il faut un certain temps pour s'habituer aux masques buccaux, aux flèches sur le sol et aux zones délimitées dans la salle de classe et sur le terrain de jeux. Mais les enseignants ont déployé beaucoup d'efforts pour que ce soit de belles retrouvailles", explique Raymonda Verdyck, directrice générale de GO ! .

"Ils se sont clairement manqués et c'est toujours un premier pas vers la normalité", explique-ton du côté de l'enseignement catholique (Katholiek Onderwijs Vlaanderen). "Dans ces circonstances inédites, il faut un certain temps pour s'habituer car les règles de distance et l'accent mis sur l'hygiène des mains ont un impact majeur". Mais finalement, peu d'obstacles imprévus ont surgi. "La préparation, qui a été faite dans les moindres détails, donne des résultats." De plus, les écoles catholiques constatent une bonne fréquentation des élèves. Les règles sont aussi généralement bien respectées, estime-t-on. La première journée d'essai de la réouverture des écoles s'est bien déroulée, également dans les établissements gérés par la Communauté flamande (GO! ). "Les enseignants et les élèves indiquent qu'il faut un certain temps pour s'habituer aux masques buccaux, aux flèches sur le sol et aux zones délimitées dans la salle de classe et sur le terrain de jeux. Mais les enseignants ont déployé beaucoup d'efforts pour que ce soit de belles retrouvailles", explique Raymonda Verdyck, directrice générale de GO ! .