Il s'agit d'un des premiers signes de normalisation économique pour le pays et son principal aéroport international, qui avait été assiégé fin août par des milliers d'Afghans voulant quitter le pays après le retour au pouvoir du mouvement islamiste. L'appareil de la PIA, qui a atterri vers 10h30 locales (8h00 heure belge), ne transportait que quelques personnes. "Il n'y avait presque personne à bord de l'avion, environ 10 personnes (...), peut-être plus de membres d'équipage que de passagers", a dit un journaliste de l'AFP à bord de ce vol en provenance d'Islamabad. Après la soudaine reprise du pouvoir par les talibans, les alliés occidentaux du gouvernement déchu, emmenés par les Etats-Unis, avaient organisé à l'aéroport de Kaboul un gigantesque pont aérien qui a permis au total d'évacuer plus de 123.000 personnes, principalement afghanes. L'attente chaotique et désespérée des Afghans a pris un tour dramatique le 26 août lorsque la branche locale de l'Etat islamique (EI-K) a perpétré un attentat au milieu de la foule, tuant plus de 100 personnes. Les talibans ont depuis pris le contrôle total de l'aéroport, assistés notamment par leurs alliés du Qatar, et les signes de retour à la normale se sont multipliés depuis dix jours. Deux vols charters opérés par Qatar Airways ont notamment décollé la semaine dernière avec à leur bord des ressortissants étrangers et des Afghans qui n'avaient pas pu être évacués dans un premier temps. Le 3 septembre, la compagnie aérienne publique afghane Ariana Airlines avait par ailleurs annoncé la reprise de ses vols domestiques. (Belga)

Il s'agit d'un des premiers signes de normalisation économique pour le pays et son principal aéroport international, qui avait été assiégé fin août par des milliers d'Afghans voulant quitter le pays après le retour au pouvoir du mouvement islamiste. L'appareil de la PIA, qui a atterri vers 10h30 locales (8h00 heure belge), ne transportait que quelques personnes. "Il n'y avait presque personne à bord de l'avion, environ 10 personnes (...), peut-être plus de membres d'équipage que de passagers", a dit un journaliste de l'AFP à bord de ce vol en provenance d'Islamabad. Après la soudaine reprise du pouvoir par les talibans, les alliés occidentaux du gouvernement déchu, emmenés par les Etats-Unis, avaient organisé à l'aéroport de Kaboul un gigantesque pont aérien qui a permis au total d'évacuer plus de 123.000 personnes, principalement afghanes. L'attente chaotique et désespérée des Afghans a pris un tour dramatique le 26 août lorsque la branche locale de l'Etat islamique (EI-K) a perpétré un attentat au milieu de la foule, tuant plus de 100 personnes. Les talibans ont depuis pris le contrôle total de l'aéroport, assistés notamment par leurs alliés du Qatar, et les signes de retour à la normale se sont multipliés depuis dix jours. Deux vols charters opérés par Qatar Airways ont notamment décollé la semaine dernière avec à leur bord des ressortissants étrangers et des Afghans qui n'avaient pas pu être évacués dans un premier temps. Le 3 septembre, la compagnie aérienne publique afghane Ariana Airlines avait par ailleurs annoncé la reprise de ses vols domestiques. (Belga)