Le Conseil des ministres restreint et les représentants de 10 partis (PS, MR, Ecolo, Groen, N-VA, CD&V, Open VLD, sp.a, cdH et DéFI) s'étaient accordés samedi sur le texte de la proposition de loi qui doit donner à l'exécutif les pouvoirs spéciaux, uniquement dans le cadre de la pandémie de Covid-19 et ses conséquences sanitaires et socio-économiques.

Le cabinet Wilmès avait parallèlement annoncé qu'un avis serait demandé au Conseil d'Etat, qui est déjà attendu pour mercredi. Le lendemain matin, la commission de l'Intérieur se penchera sur le texte, qui passera en plénière dans l'après-midi, après les questions d'actualité.

Les chefs de groupe ont déjà formellement pris le texte en considération lundi. Jeudi, un autre texte sera au menu de la commission du Règlement, lié lui aussi à la crise du coronavirus. Il devrait permettre des réunions tenues de manière virtuelle, en complément de réunions physiques avec un taux de présence minimal. Tout comme la semaine dernière, il s'agira d'être créatif durant la plénière de jeudi, de manière à organiser le vote tout en respectant les règles du "social distancing" préconisé pour éviter la propagation du coronavirus (soit 1,50 m entre les personnes).

Les membres de la Chambre avaient dû se répartir en trois groupes pour voter. "A la guerre comme à la guerre", commente le président Patrick Dewael. L'heure consacrée aux questions, avec sans doute une grande place consacrée au coronavirus, aura probablement lieu dans une Chambre seulement partiellement occupée, par exemple en présence uniquement des chefs de groupe et d'un représentant supplémentaire par groupe. Mardi et mercredi, il n'y aura pas de réunions à la Chambre, entre autres pour ne pas mettre en péril la santé du personnel.

Le Conseil des ministres restreint et les représentants de 10 partis (PS, MR, Ecolo, Groen, N-VA, CD&V, Open VLD, sp.a, cdH et DéFI) s'étaient accordés samedi sur le texte de la proposition de loi qui doit donner à l'exécutif les pouvoirs spéciaux, uniquement dans le cadre de la pandémie de Covid-19 et ses conséquences sanitaires et socio-économiques. Le cabinet Wilmès avait parallèlement annoncé qu'un avis serait demandé au Conseil d'Etat, qui est déjà attendu pour mercredi. Le lendemain matin, la commission de l'Intérieur se penchera sur le texte, qui passera en plénière dans l'après-midi, après les questions d'actualité. Les chefs de groupe ont déjà formellement pris le texte en considération lundi. Jeudi, un autre texte sera au menu de la commission du Règlement, lié lui aussi à la crise du coronavirus. Il devrait permettre des réunions tenues de manière virtuelle, en complément de réunions physiques avec un taux de présence minimal. Tout comme la semaine dernière, il s'agira d'être créatif durant la plénière de jeudi, de manière à organiser le vote tout en respectant les règles du "social distancing" préconisé pour éviter la propagation du coronavirus (soit 1,50 m entre les personnes). Les membres de la Chambre avaient dû se répartir en trois groupes pour voter. "A la guerre comme à la guerre", commente le président Patrick Dewael. L'heure consacrée aux questions, avec sans doute une grande place consacrée au coronavirus, aura probablement lieu dans une Chambre seulement partiellement occupée, par exemple en présence uniquement des chefs de groupe et d'un représentant supplémentaire par groupe. Mardi et mercredi, il n'y aura pas de réunions à la Chambre, entre autres pour ne pas mettre en péril la santé du personnel.