"Toute leur politique était de sortir des contrats à long terme et cette politique s'est avérée erronée", a-t-il déclaré lors d'une réunion avec les responsables du secteur énergétique russe, "ils ont fait des erreurs". "En conséquence, le prix du gaz a désormais battu tous les records historiques: aujourd'hui, il approche les 2.000 dollars par mille mètres cubes, soit plus de dix fois plus que le prix moyen de l'année dernière", a ajouté le président russe. L'Europe, dont environ un tiers des besoins en gaz sont couverts par Moscou, affirme depuis des années son intention de diversifier ses sources d'approvisionnement, sans grand effet. Selon Vladimir Poutine, les Européens auraient commencé à se reposer davantage sur les achats de gaz au comptant plutôt que sur des achats au long terme, les liant à Moscou pendant plusieurs années. Or, aujourd'hui, les ventes au comptant ne sont pas au rendez-vous. Le prix du gaz a battu de nouveaux records mercredi, s'envolant de 25% sur les marchés européens face à une demande qui ne cesse d'augmenter avant l'hiver, couplée à une offre contrainte et des stocks réduits. Certains en Europe comme aux États-Unis accusent Moscou de ne pas ouvrir suffisamment les robinets afin d'obtenir la mise en service au plus vite de son gazoduc controversé vers l'Allemagne, Nord Stream 2, achevé et dont le remplissage a commencé. L'envolée des prix risque de frapper le consommateur européen au portefeuille. (Belga)

"Toute leur politique était de sortir des contrats à long terme et cette politique s'est avérée erronée", a-t-il déclaré lors d'une réunion avec les responsables du secteur énergétique russe, "ils ont fait des erreurs". "En conséquence, le prix du gaz a désormais battu tous les records historiques: aujourd'hui, il approche les 2.000 dollars par mille mètres cubes, soit plus de dix fois plus que le prix moyen de l'année dernière", a ajouté le président russe. L'Europe, dont environ un tiers des besoins en gaz sont couverts par Moscou, affirme depuis des années son intention de diversifier ses sources d'approvisionnement, sans grand effet. Selon Vladimir Poutine, les Européens auraient commencé à se reposer davantage sur les achats de gaz au comptant plutôt que sur des achats au long terme, les liant à Moscou pendant plusieurs années. Or, aujourd'hui, les ventes au comptant ne sont pas au rendez-vous. Le prix du gaz a battu de nouveaux records mercredi, s'envolant de 25% sur les marchés européens face à une demande qui ne cesse d'augmenter avant l'hiver, couplée à une offre contrainte et des stocks réduits. Certains en Europe comme aux États-Unis accusent Moscou de ne pas ouvrir suffisamment les robinets afin d'obtenir la mise en service au plus vite de son gazoduc controversé vers l'Allemagne, Nord Stream 2, achevé et dont le remplissage a commencé. L'envolée des prix risque de frapper le consommateur européen au portefeuille. (Belga)