"Ce n'est qu'en coordonnant les actions de toute la communauté internationale que nous pourrons lutter efficacement" contre la pandémie, a déclaré M. Poutine, lors d'une allocution à un forum d'investisseurs à Moscou. Il a notamment cité "la reconnaissance mutuelle des vaccins et des certificats de vaccination" et l'"accessibilité des vaccins pour toutes les régions de la planète". Ces déclarations interviennent alors que l'annonce la semaine dernière en Afrique du Sud de l'existence d'un nouveau variant du nouveau coronavirus, baptisé Omicron, suscite des interrogations sur l'efficacité des vaccins existants. Lundi, les autorités russes ont annoncé qu'elles planchaient déjà sur une version de son vaccin phare, le Spoutnik V, spécialement conçue pour contrer le variant Omicron. Annoncé en grande pompe par le président M. Poutine l'an dernier, le Spoutnik V est utilisé par plusieurs dizaines de pays et sa fiabilité a été validée par la prestigieuse revue médicale The Lancet. Mais, pour l'heure, il n'a été homologué ni par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), ni par les autorités médicales de l'Union européenne et des Etats-Unis. La Russie peine aussi à convaincre sa propre population de l'utiliser, sur fond de large défiance à l'égard des autorités. (Belga)

"Ce n'est qu'en coordonnant les actions de toute la communauté internationale que nous pourrons lutter efficacement" contre la pandémie, a déclaré M. Poutine, lors d'une allocution à un forum d'investisseurs à Moscou. Il a notamment cité "la reconnaissance mutuelle des vaccins et des certificats de vaccination" et l'"accessibilité des vaccins pour toutes les régions de la planète". Ces déclarations interviennent alors que l'annonce la semaine dernière en Afrique du Sud de l'existence d'un nouveau variant du nouveau coronavirus, baptisé Omicron, suscite des interrogations sur l'efficacité des vaccins existants. Lundi, les autorités russes ont annoncé qu'elles planchaient déjà sur une version de son vaccin phare, le Spoutnik V, spécialement conçue pour contrer le variant Omicron. Annoncé en grande pompe par le président M. Poutine l'an dernier, le Spoutnik V est utilisé par plusieurs dizaines de pays et sa fiabilité a été validée par la prestigieuse revue médicale The Lancet. Mais, pour l'heure, il n'a été homologué ni par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), ni par les autorités médicales de l'Union européenne et des Etats-Unis. La Russie peine aussi à convaincre sa propre population de l'utiliser, sur fond de large défiance à l'égard des autorités. (Belga)