Paul Magnette, président du PS, a déjà affirmé à plusieurs reprises qu'il ne refuserait pas le Seize si on lui proposait. Une façon polie de dire que son parti revendique le poste de Premier ministre. Adieu Charleroi, donc, et cap vers la stratégie de relance, mâtinée des querelles permanentes du gouvernement fédéral? Ce n'est pas encore fait, loin de là; surtout parce que le MR peine à avaler cette perspective - un euphémisme. Plusieurs raisons donneraient toutefois du sens à ce choix, selon certaines sources.
...

Paul Magnette, président du PS, a déjà affirmé à plusieurs reprises qu'il ne refuserait pas le Seize si on lui proposait. Une façon polie de dire que son parti revendique le poste de Premier ministre. Adieu Charleroi, donc, et cap vers la stratégie de relance, mâtinée des querelles permanentes du gouvernement fédéral? Ce n'est pas encore fait, loin de là; surtout parce que le MR peine à avaler cette perspective - un euphémisme. Plusieurs raisons donneraient toutefois du sens à ce choix, selon certaines sources.La première, et c'est la plus évidente, c'est que la famille socialiste est la plus importante de la future coalition Vivaldi et que le PS en est le premier parti. Traditionnellement, c'est un atout important dans la répartition des postes, même s'il n'est pas décisif, comme en témoigne l'accession de Charles Michel au Seize en 2014 (la N-VA était alors le premier part, mais n'ayant pas d'équivalent du côté francophone, pas la première famille).La deuxième raison se situe en Flandre. Le CD&V ne s'accrocherait plus nécessairement au Seize, selon la presse flamande du week-end, mais viserait plutôt un grand ministre des affaires sociales et des finances. Ce serait une façon pour les sociaux-chrétiens flamands de peser lourd dans le gouvernement et... de mettre la main sur l'affaire Arco, du nom de cette coopérative lésée dans l'affaire Dexia, qui empoisonne ses relations avec le mouvement ouvrier chrétien. Argument lié : le CD&V, dans ce cas, verrait d'un mauvais oeil que l'Open VLD (en la personne d'Alexander De Croo) s'empare du poste. Au nord du pays, les nationalistes attaquent déjà virulemment la perspective d'un Premier socialiste, à la tête d'un gouvernement "de gauche" contraire au souhait des électeurs flamands. Mais ils ajoutent... qu'un Premier CD&V ou Open VLD serait une feuille de vigne qui cacherait la réalité. Ironique comme il peut l'être, le chef de groupe N-VA à la Chambre, Peter De Roover, disait ce week-end au Soir qu'il a des vignes dans son jardin et qu'il prêterait volontiers des feuilles aux partis flamands prêts à se lancer dans cette aventure. Les partis flamands comprennent-ils qu'ils risquent d'être une cible permanrnte s'ils prennent le Seize?La troisième raison se situe du côté francophone. Le MR n'est pas chaud - c'est un euphémisme - à l'idée de céder le Seize à son rival Socialiste. Georges-Louis Bouchez, son président, s'est d'ailleurs avancé en affirmant qu'il y avait "70% de chances" pour que Sophie Wilmès reste à son poste. L'affaire n'est donc pas pliée. Mais un argument risque de peser contre le MR : le poste de commissaire européen est généralement attribué aussi lors de la formation gouvernementale et... pèse le même nombre de points que le poste de Premier ministre. En raison du blocage, la décision a été prise anticipativement et la nomination a échu à Didier Reynders.CQFD : rien ne s'opposerait à Paul Magnette? Faut-il d'ailleurs voir un signe quand les libéraux disaient ce week-end qu'ils n'étaient pas très enthousiastes à l'idée de monter dans la Vivaldi, que la suédoise était plus enthousiasmante, et qu'il s'agissait simplement de trouver une solution pour sorti le pays de l'ornière ?Visiblement, les jeux sont loin d'être faits. D'autres sources soulignent qu'il y aura un veto pur et simple à la désignation de Paul Magnette au Seize et qu'il pourrait... tout simplement ne pas y avoir de gouvernement si cela risquait d'être le cas.La Vivaldi pourrait-elle se casser les dents sur cet écueil?