N'élevons pas nos enfants pour le monde d'aujourd'hui. Ce monde aura changé lorsqu'ils seront grands ", disait Maria Montessori. La conviction que nous vivons une période de mutation historique - avec les deux grands pôles du défi écologique et d'Internet - est sans doute pour beaucoup dans l'engouement que suscitent aujourd'hui les pédagogies dites actives, dont elle fut l'un des précurseurs. " L'intérêt croissant pour ces pédagogies est incontestable, confirme Elsa Roland, chercheuse en sciences de l'éducation à l'ULB. Je reçois toutes les semaines des demandes de formation. Il y a ce besoin réel de transformer une école perçue comme ne correspondant plus au monde tel qu'il est. " Le décrochage scolaire est l'une des raisons de l'angoisse. Mais il faut aussi compter avec le mal-être des enseignants - ils sont 40 % à quitter la profession dans les cinq premières années -, en quête de nouveaux modèles pour retrouver la flamme. Et avec la panique des parents, qui oscillent entre volonté d'armer leur enfant pour survivre en milieu hostile et désir de leur proposer un autre horizon que celui de la compétition acharnée, rongeuse d'âme et de temps. Il est aujourd'hui de notoriété publique que Larry Page et Jeff Bezos, respectivement fondateurs de Google et Amazon, ont été biberonnés à la pédagogie Montessori. Quant à savoir si c'est l'avenir de l'homme...
...