En poussant au suicide sa coalition de "rêve" sur le Pacte des Nations Unies sur les migrations, La N-VA semble prête à délaisser le centre droit. Car une chose semble désormais acquise, les nationalistes flamands n'ont pas l'intention de plier. Seul un rejet du pacte migratoire semble acceptable pour le parti, obligeant de facto Charles Michel à perdre la face sous peine de faire tomber le gouvernement, dit De Morgen.
...