"La solution de facilité : c'était là le titre d'une opinion signée Ivan Van de Cloot parue sur SCEPTR.net. Van de Cloot est économiste principal d'Itinera, un groupe de réflexion flamande favorable aux entreprises et SCEPTR.net est un site flamand conservateur de droite : tant l'auteur que le médium font partie de la droite flamingante et favorable aux entreprises qui depuis son entrée en fonctions défend le gouvernement Michel contre les attaques et les critiques de la gauche. Ce n'est pas un hasard si Van de Cloot est un orateur apprécié des sections locales de la N-VA: généralement, il exprime ce que pensent la plupart des nationalistes flamands.
...

"La solution de facilité : c'était là le titre d'une opinion signée Ivan Van de Cloot parue sur SCEPTR.net. Van de Cloot est économiste principal d'Itinera, un groupe de réflexion flamande favorable aux entreprises et SCEPTR.net est un site flamand conservateur de droite : tant l'auteur que le médium font partie de la droite flamingante et favorable aux entreprises qui depuis son entrée en fonctions défend le gouvernement Michel contre les attaques et les critiques de la gauche. Ce n'est pas un hasard si Van de Cloot est un orateur apprécié des sections locales de la N-VA: généralement, il exprime ce que pensent la plupart des nationalistes flamands.Mais manifestement, une limite a été dépassée pour Ivan de Cloot. Sans les citer de noms, son opinion était inhabituellement sévère pour les partis du gouvernement : "Le monde extérieur n'en revient pas que la politique belge ne réussit pas à réaliser des économies. Dans notre pays, l'électeur délivre un mandat pour des interventions structurelles et force est de constater qu'on ne prend que quelques demi-mesures. D'où la conclusion sévère de la philippique de Van de Cloot : "Une stratégie de pourrissement, avec des coalitions dont les membres ne veulent pas que les autres obtiennent des résultats afin qu'ils tombent en disgrâce, sape la prospérité de la population. Des membres du gouvernement craintifs qui courent après les faits mettent à mal la confiance."Des dirigeants craintifs: cette image est en contradiction avec la confiance en soi que les nouveaux membres du gouvernement affichaient en 2014 en prêtant serment - rappelez-vous les doigts en V de Jan-Jambon et Theo Francken. En Flandre, il y avait un large soutien pour un gouvernement de centre droit : celui-ci correspondait également aux résultats des élections. Dans l'accord de coalition, il y a eu beaucoup d'applaudissements pour le saut d'index (attendu) et l'augmentation (inattendue) de l'âge de la retraite. Que la gauche ait immédiatement manifesté est certainement la meilleure preuve pour les partisans de la N-VA que le gouvernement Michel se porte bien. On a vu la même dynamique après la crise de l'asile et les attentats du 22 mars 2016: plus la critique de la gauche contre la nouvelle politique de migration et de sécurité s'intensifiait, plus les applaudissements étaient vifs pour l'approche sévère des membres de son gouvernement. Le fait qu'entre-temps le gouvernement Michel ait été surnommé "kibbelkabinet" (cabinet de la discorde) n'a pas dérangé le parti de Bart De Wever. La N-VA a continué à atteindre 30% ou plus dans les sondages.Quand la vapeur s'est-elle inversée? Peut-être l'été dernier, lorsque Charles Michel a remporté son "accord d'été" et qu'il est allé faire la fête à Tomorrowland avec le gouvernement, et qu'il s'est avéré qu'ils n'avaient pas décidé grand-chose. Eh bien, qui croyait ces gens? Quand un état de grâce est passé, il ne revient pas de sitôt. Mais cela n'a pas été immédiatement vu par les dirigeants des gouvernements fédéral et flamand. C'est pourquoi ils ont tenté de répéter l'astuce de 2017 cette année: le "super conseil des ministres" du gouvernement Bourgeois et l'accord d'été du gouvernement Michel ont dû à nouveau être applaudis par l'opinion publique en juillet. Le 21 juillet, tout fier, le ministre-président Geert Bourgeois (N-VA) a en effet été le premier à saluer les résultats de son super conseil des ministres: "C'est un accord historique". Un jour plus tard, le journaliste politique Wim Van de Velden le descend en flammes dans un article intitulé : "Ce n'est pas parce que Bourgeois et Michel disent qu'ils sont historiquement sur la bonne voie, que c'est le cas", a-t-il dit. "La vérité c'est que le gouvernement bourgeois historique a apporté moins que prévu", a-t-il déclaré. "Cent une choses ont été faites, mais aucune grande histoire flamande n'a été écrite. Cela ne semble donc pas crédible quand le Premier ministre affirme soudainement que ce gouvernement flamand a été le plus grand gouvernement de réforme. Ce gouvernement flamand est resté quelconque."Le Premier ministre piqué au vif C'est nouveau depuis l'été caniculaire de 2018 : comme d'habitude, on critique constamment le gouvernement flamand et fédéral, mais cette fois-ci la plupart des critiques ne viennent pas de l'opposition de gauche classique, elles viennent plutôt du centre droit. Les résultats budgétaires déplorables ont attisé les rancoeurs. Depuis des années, c'est une constante dans les critiques flamandes contre le travail du gouvernement: si le budget n'est pas en ordre, le gouvernement néglige l'avenir des prochaines générations et ne fait pas du bon travail. De 1999 à 2014, la période des gouvernements violets de Guy Verhofstadt (Open VLD) à la tripartite d'Elio Di Rupo (PS), le rédacteur en chef de Trends Johan Van Overtveldt dirigeait le choeur de commentaires indignés. Depuis 2014, il était ministre des Finances au gouvernement Michel au nom de la N-VA et doit constater que la logique politique d'un gouvernement souvent - en général - ne concorde pas avec les hypothèses économiques de l'observateur. Aujourd'hui, ses anciens collègues ont repris le flambeau. Dans Trends, Alain Mouton est aussi sévère que Van Overtveldt l'aurait été: "D'après le gouvernement fédéral, l'assainissement des finances publiques dans l'accord budgétaire conclu hier soir tient le cap. Mais quiconque regarde les chiffres doit conclure que le gouvernement se considère comme riche. " Bart Van Craeynest, ex-KBC, ex-Petercam et aujourd'hui économiste en chef sortant d'Econopolis, va encore plus loin dans le quotidien De Tijd. Il sape complètement l'image d'un "gouvernement de changement": "Ne vous laissez pas berner, le budget est en place depuis des années. La dernière personne qui a vraiment fait la différence était Jean-Luc Dehaene." Pire: "Néanmoins, il demeure stupéfiant que même avec les recettes publiques de plus de 51% du PIB, soit environ 232 milliards cette année, et les conditions économiques réellement bonnes de ces dernières années, notre gouvernement ne réussisse pas à mettre de l'ordre dans ses comptes. De plus, aucune marge n'est constituée pour les défis et les revers." Comme s'il n'y avait pas de différence entre ce gouvernement Michel et les cabinets violets si critiqués de Verhofstadt - tant méprisés par la N-VA.Charles Michel a réagi comme piqué au vif. Il s'est déclaré "prêt à engager un débat avec tout spécialiste ou pseudo-spécialiste donneur de leçons" - il faisait référence à Bart Van Craeynest. Ce dernier a défié le Premier ministre lors d'un entretien: "Les réformateurs historiques? Restons sérieux. " Et il ne semblait pas le seul. Geert Noels d'Econopolis l'a défendu de manière chevaleresque: "Cher Premier ministre, Bart Van Craeynest ne dit pas n'importe quoi". Il n'est pas un pseudo-spécialiste et met le doigt sur la plaie. Votre gouvernement n'a pas assez assaini." Noels avait réagi avec colère quelques jours plus tôt quand il a été révélé que trois partis gouvernementaux (N-VA, CD & V et MR) ne voulaient plus connaître les chiffres (à leurs yeux trop négatifs) du Comité de monitoring. Ils envisageaient de confier les travaux de ce comité aux services des ministres des Finances et du Budget. Noels: "Il n'y a pas de canicule, il n'y a pas de sécheresse. C'est dû à nos thermomètres et nos pluviomètres", dit-il cynique.L'Erdogan flamand On dirait le verdict final, presque sans équivoque et très négatif, de tant d'acteurs socio-économiques qui, ces dernières années, étaient favorables aux grandes lignes de la politique de Michel : un âge de la retraite plus élevé, une activation massive d'inactifs, une politique budgétaire orthodoxe. Le fait que ces promesses n'aient pas été totalement ou pas du tout tenues a été jusqu'à récemment surtout reproché au vice-premier ministre Kris Peeters (CD&V), qui pendant quatre ans n'a cessé de jouer son rôle d'obstructionniste. Cependant, le parti qui avait promis qu'avec lui le gouvernement serait meilleur et différent apparaît de plus en plus dans le collimateur: le N-VA. Pour la première fois de son existence, la N-VA doit vivre ce que tous les autres partis ont connu: si les critiques augmentent, le positif disparait.Par exemple, la semaine dernière, la N-VA a lancé l'idée de mettre l'ancien Premier ministre catalan Carles Puigdemont sur sa liste européenne. En temps de calme politique, la N-VA a reçu deux fois plus d'attention que tous les autres partis réunis. Le journal De Zondag a alors donné la parole à Paul Bekaert, l'avocat de Puigdemont. Ce dernier défend également les droits de l'Homme en Belgique et en Flandre, et pas seulement en Espagne et en Catalogne. "Malheureusement, nous sommes dans une ère d'égarement terroriste. Je le vois aussi dans notre pays. On défend la démocratie avec des mesures non démocratiques. Cela a l'effet contraire: la démocratie est en train de disparaître", a souligné Bekaert, qui a vivement critiqué la politique de sécurité du gouvernement fédéral. Il a été encore plus vif: "On voit dans le monde entier que les gens courent après les leaders forts. Pensez à Trump, Orbán, et Erdogan. Souvent, le programme de ces dirigeants va à l'encontre des intérêts de ces personnes, mais cela ne les dérange pas. L'exaltation de De Wever dans mon pays m'inquiète aussi. Ce n'était pas vraiment agréable à lire pour le N-VA moyen: De Wever, représenté comme l'Erdogan flamand, le Trump d'Anvers.Reste à voir si ces critiques vont peser sur le score de la N-VA. Non que le parti soit sur le point de s'effondrer. Le dernier sondage a été qualifié de mauvais - début juin, la N-VA a baissé de 31,3 à 26,5% - mais elle a tout de même obtenu des résultats infiniment meilleurs que son premier poursuivant, le CD&V (15,3%). De Wever a qualifié ce mauvais résultat de signal d'alarme. Le parti a-t-il été réveillé par les critiques exprimées par tant de compagnons de route? On en doute. La semaine dernière, Theo Francken a qualifié le Conseil flamand du barreau, qui avait signalé au gouvernement fédéral la problématique de la détention des enfants de demandeurs d'asile qui avaient épuisé tous les recours légaux, "de énième ONG frontière ouverte avec un agenda activiste de gauche" au grand dam de milliers d'avocats flamands. Un parti qui qualifie chaque critique d'hostile se trompe d'adversaire - et donc aussi d'ami. Serait-ce là le drame de la N-VA?