Dans une vidéo dans lequel il ne prononce pas une seule fois le mot Brexit, ni n'évoque explicitement la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne le 31 janvier, Boris Johnson loue "cette époque particulière de l'année" où, "quoi qu'il soit arrivé auparavant, nous avons l'occasion de fêter tout ce qui est bon dans le monde et de passer du temps avec sa famille et ses amis". Devant un grand sapin de Noël illuminé, le leader conservateur appelle le pays à réfléchir sur l'année qui s'est écoulée, et célébrer "les bonnes choses qui arrivent", avant d'ajouter: "Essayez de ne pas trop vous disputer avec votre belle-famille, ou qui que ce soit d'autre". Le Premier ministre appelle également à "se souvenir des chrétiens qui à travers le monde subissent des persécutions". "Pour eux, Noël se fera en privé, en secret, peut-être même dans la cellule d'une prison", ajoute-t-il dans ce message diffusé lundi soir par ses services. "En tant que Premier ministre, c'est quelque chose que je veux changer", a-t-il ajouté. Il lance un "immense merci" au personnel du service de santé, le NHS, chéri des Britanniques mais affaibli par l'austérité, qui s'est trouvé au coeur de la campagne électorale. Il a été accusé par l'opposition travailliste de vouloir le "vendre" aux Etats-Unis de Donald Trump. (Belga)

Dans une vidéo dans lequel il ne prononce pas une seule fois le mot Brexit, ni n'évoque explicitement la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne le 31 janvier, Boris Johnson loue "cette époque particulière de l'année" où, "quoi qu'il soit arrivé auparavant, nous avons l'occasion de fêter tout ce qui est bon dans le monde et de passer du temps avec sa famille et ses amis". Devant un grand sapin de Noël illuminé, le leader conservateur appelle le pays à réfléchir sur l'année qui s'est écoulée, et célébrer "les bonnes choses qui arrivent", avant d'ajouter: "Essayez de ne pas trop vous disputer avec votre belle-famille, ou qui que ce soit d'autre". Le Premier ministre appelle également à "se souvenir des chrétiens qui à travers le monde subissent des persécutions". "Pour eux, Noël se fera en privé, en secret, peut-être même dans la cellule d'une prison", ajoute-t-il dans ce message diffusé lundi soir par ses services. "En tant que Premier ministre, c'est quelque chose que je veux changer", a-t-il ajouté. Il lance un "immense merci" au personnel du service de santé, le NHS, chéri des Britanniques mais affaibli par l'austérité, qui s'est trouvé au coeur de la campagne électorale. Il a été accusé par l'opposition travailliste de vouloir le "vendre" aux Etats-Unis de Donald Trump. (Belga)