"Ce dimanche était plus noir que le 24 novembre 1991", déclare Ico Maly, chargé de cours en nouveaux médias et politique à l'Université de Tilburg. "Tous considéraient comme un problème fondamental que le Vlaams Blok de l'époque atteigne 6,6% (NDLR : pour toute la Belgique, son score était de 10,4% en Flandre). À cette époque, personne n'envisageait même de s'allier à ce parti. Moins de trente ans plus tard, le plus grand parti de Flandre refuse explicitement d'exclure la possibilité d'unir ses forces à celles du Vlaams Belang. Je dirais même plus, le président de la N-VA, Bart De Wever, qualifie constamment le Vlaams Belang de droite plutôt que d'extrême droite. "Ce changement de discours se poursuit depuis...