Le parti libéral appelle une fois de plus de ses voeux, et comme pour les gouvernements fédéral et wallon, la constitution d'une majorité de centre-droit avec le cdH et DéFI, mais sans le PS.

"Le MR est disponible pour discuter de l'avenir des dossiers majeurs pour la Fédération Wallonie-Bruxelles", déclare son président Olivier Chastel.

Ce dernier en appelle au sens des responsabilités des uns et des autres. "A la veille de la rentrée scolaire et compte tenu de la préoccupation des francophones envers leur enseignement, il importe de clarifier l'avenir de la Fédération Wallonie-Bruxelles", dit-il.

"Il est temps de se mettre autour de la table pour aborder les sujets de fond et pour que chacun démontre sa volonté de changement. Les présidents des trois partis doivent proposer une nouvelle offre politique", conclut le président du MR.

Le parti libéral appelle une fois de plus de ses voeux, et comme pour les gouvernements fédéral et wallon, la constitution d'une majorité de centre-droit avec le cdH et DéFI, mais sans le PS."Le MR est disponible pour discuter de l'avenir des dossiers majeurs pour la Fédération Wallonie-Bruxelles", déclare son président Olivier Chastel. Ce dernier en appelle au sens des responsabilités des uns et des autres. "A la veille de la rentrée scolaire et compte tenu de la préoccupation des francophones envers leur enseignement, il importe de clarifier l'avenir de la Fédération Wallonie-Bruxelles", dit-il. "Il est temps de se mettre autour de la table pour aborder les sujets de fond et pour que chacun démontre sa volonté de changement. Les présidents des trois partis doivent proposer une nouvelle offre politique", conclut le président du MR.