S'adressant à Pierre-Yves Dermagne (PS), le ministre wallon des Pouvoirs locaux, en l'absence du ministre-président - excusé - , l'élu humaniste a réclamé des choix politiques clairs. "Vous avez raison de faire preuve de prudence et nous vous soutenons dans votre action", a assuré Benoît Dispa. "Mais il y a avant tout un problème de fond qui ne peut pas ne pas intéresser le gouvernement: la liberté de la presse, la politique aéroportuaire, l'investissement dans l'éolien, ... ces questions-là ne relèvent pas du ministre de tutelle. Elles appellent des choix politiques. Nous attendons, comme tous les acteurs du dossier, un cap et à cet égard, le mutisme du ministre-président devient assourdissant", a-t-il ajouté. Interrogé par plusieurs parlementaires, Pierre-Yves Dermagne avait auparavant rappelé l'engagement du gouvernement à faire appliquer, dans les 6 mois, l'ensemble des recommandations de la commission Publifin tout en disant être tenu à un devoir de réserve, "ce qui ne m'empêche pas d'agir", avait-il souligné. Le ministre a ainsi mandaté son administration pour poser une quarantaine de questions aux responsables d'Enodia (ex-Publifin) et de Nethys et exiger une série de documents, le tout devant parvenir aux autorités de tutelle ce vendredi au plus tard. (Belga)