Une réunion était d'ailleurs prévue lundi passé mais à la surprise des démocrates chrétiens flamands, la N-VA ne s'est finalement pas prononcée sur ses futurs partenaires de coalition.

"Les membres de notre bureau politique sont au courant qu'une réunion pourrait être organisée à très brève échéance", a expliqué mercredi un porte-parole du parti. A l'instar des libéraux, le CD&V attend lui aussi une fumée blanche en provenance d'Anvers.

Le parti n'entend pas coupler cette participation à une montée au Fédéral

Au cours de sa réunion, le bureau du CD&V devra se prononcer sur les conditions auxquelles il accepterait de faire partie du prochain gouvernement flamand. Mais, contrairement à l'Open Vld, le parti n'entend pas coupler cette participation à une montée au Fédéral. "La priorité, c'est la Flandre. Si nous pouvons penser jouer un rôle, c'est là", a estimé à ce propos un membre du bureau.

Selon ce dernier, la note présentée par Bart De Wever ne devrait pas être approuvée directement par le CD&V, "mais il y a matière à discuter", en tous cas pour ceux qui ne sont pas partis en vacances. "Beaucoup d'entre nous ont estimé qu'ils avaient attendu assez longtemps", a ainsi commenté, de l'étranger, un parlementaire CD&V. "Si nous montons dans le gouvernement, il y aura des groupes de travail sur des thèmes particuliers. Mais vu le nombre d'absents, il ne devrait pas se passer grand-chose avant le 15 août", a-t-il ajouté.