En tous les cas, il est faux de dire que la N-VA, 6 mois après les élections, a choisi l'opposition, a assuré M. Parys. "Avec le mandat que nous ont donné les électeurs, nous continuons à tenter de rendre possible une politique de centre-droit. Nous participons aux discussions pour qu'un accord soit possible mais dire que c'est compliqué, c'est un euphémisme", a-t-il ajouté. Selon la N-VA, Paul Magnette n'a jamais caché sa volonté de former une coalition arc-en-ciel, ce qui implique que le CD&V et l'Open Vld doivent aujourd'hui choisir de monter - ou pas - dans un tel attelage. "On sait ce qu'il se passera dans un gouvernement de ce type: les Flamands payeront pour les choix du PS. Nous voulons éviter que de nouvelles taxes soient supportées par le nord du pays et le seul moyen d'y arriver, c'est un gouvernement avec une majorité en Flandre", a conclu le vice-président de la N-VA. (Belga)

En tous les cas, il est faux de dire que la N-VA, 6 mois après les élections, a choisi l'opposition, a assuré M. Parys. "Avec le mandat que nous ont donné les électeurs, nous continuons à tenter de rendre possible une politique de centre-droit. Nous participons aux discussions pour qu'un accord soit possible mais dire que c'est compliqué, c'est un euphémisme", a-t-il ajouté. Selon la N-VA, Paul Magnette n'a jamais caché sa volonté de former une coalition arc-en-ciel, ce qui implique que le CD&V et l'Open Vld doivent aujourd'hui choisir de monter - ou pas - dans un tel attelage. "On sait ce qu'il se passera dans un gouvernement de ce type: les Flamands payeront pour les choix du PS. Nous voulons éviter que de nouvelles taxes soient supportées par le nord du pays et le seul moyen d'y arriver, c'est un gouvernement avec une majorité en Flandre", a conclu le vice-président de la N-VA. (Belga)