"Ce 8 mars devrait être une journée comme les autres", estime la FEB. Oui les femmes sont discriminées, victimes de violence, sexisme, harcèlement et inégalités. Mais la grève ne serait pas le bon outil pour combattre cette "triste réalité", selon la Fédération. "Outre que cette démarche prend le problème à l'envers, elle n'apporte aucune solution à long terme", dénonce-t-elle. "D'un point de vue pratique et économique, le recours à la grève lésera les entreprises belges et les citoyens. N'y a-t-il pas des moyens plus créatifs, plus constructifs de faire prendre conscience de l'importance des femmes dans la société?", s'interroge la FEB. Pour elle, il faut prendre part à la société pour agir et "travailler en fait partie". "Exercer un travail rémunéré et reconnu est essentiel pour améliorer la position des femmes dans la société", affirme la FEB. Elle considère le travail comme une "source d'épanouissement personnel, de confiance en soi et d'indépendance morale et financière". (Belga)

"Ce 8 mars devrait être une journée comme les autres", estime la FEB. Oui les femmes sont discriminées, victimes de violence, sexisme, harcèlement et inégalités. Mais la grève ne serait pas le bon outil pour combattre cette "triste réalité", selon la Fédération. "Outre que cette démarche prend le problème à l'envers, elle n'apporte aucune solution à long terme", dénonce-t-elle. "D'un point de vue pratique et économique, le recours à la grève lésera les entreprises belges et les citoyens. N'y a-t-il pas des moyens plus créatifs, plus constructifs de faire prendre conscience de l'importance des femmes dans la société?", s'interroge la FEB. Pour elle, il faut prendre part à la société pour agir et "travailler en fait partie". "Exercer un travail rémunéré et reconnu est essentiel pour améliorer la position des femmes dans la société", affirme la FEB. Elle considère le travail comme une "source d'épanouissement personnel, de confiance en soi et d'indépendance morale et financière". (Belga)