Un homme est suspecté d'avoir pris en otage sa femme et ses enfants.

L'individu avait déjà été appréhendé le 9 juillet dernier pour s'être retranché dans son habitation et avoir menacé son épouse. Il avait alors été relaxé après audition.

L'homme avait déjà engagé un Fort Chabrol il y a quinze jours

L'homme âgé de 37 ans qui s'était retranché le jeudi 9 juillet au matin dans son appartement de la rue Dautzenberg à Ixelles, a été entendu par la police locale, ainsi que son épouse. Selon les premiers éléments de l'audition du suspect, il ressort que ce dernier a agi sous l'influence de l'alcool ou de médicaments. Le parquet a ordonné un prélèvement sanguin. L'incident semble avoir pour cause un différend de voisinage qui a dégénéré.

Le suspect semblait à peine se souvenir des faits ni de la dispute avec le voisin qui a appelé la police et de ce qui s'est produit ensuite. L'homme reconnait avoir exhibé un pistolet d'alarme et s'est dit désolé des problèmes qu'il avait provoqué. Il réalise que son manque de coopération avec les forces de l'ordre a causé des troubles importants.

Le suspect a été mis à la disposition du parquet après son audition, où il a une nouvelle fois été entendu. Il a ensuite été relaxé.

D'après l'audition de son épouse, il ressort que pendant tout le temps qu'a duré le Fort Chabrol, elle est restée volontairement à ses côtés. A aucun moment, il n'a donc été question d'une prise d'otage. La fille du suspect a pu être recueillie par des membres de sa famille durant l'enquête.

Un homme est suspecté d'avoir pris en otage sa femme et ses enfants. L'individu avait déjà été appréhendé le 9 juillet dernier pour s'être retranché dans son habitation et avoir menacé son épouse. Il avait alors été relaxé après audition.L'homme âgé de 37 ans qui s'était retranché le jeudi 9 juillet au matin dans son appartement de la rue Dautzenberg à Ixelles, a été entendu par la police locale, ainsi que son épouse. Selon les premiers éléments de l'audition du suspect, il ressort que ce dernier a agi sous l'influence de l'alcool ou de médicaments. Le parquet a ordonné un prélèvement sanguin. L'incident semble avoir pour cause un différend de voisinage qui a dégénéré.Le suspect semblait à peine se souvenir des faits ni de la dispute avec le voisin qui a appelé la police et de ce qui s'est produit ensuite. L'homme reconnait avoir exhibé un pistolet d'alarme et s'est dit désolé des problèmes qu'il avait provoqué. Il réalise que son manque de coopération avec les forces de l'ordre a causé des troubles importants. Le suspect a été mis à la disposition du parquet après son audition, où il a une nouvelle fois été entendu. Il a ensuite été relaxé.D'après l'audition de son épouse, il ressort que pendant tout le temps qu'a duré le Fort Chabrol, elle est restée volontairement à ses côtés. A aucun moment, il n'a donc été question d'une prise d'otage. La fille du suspect a pu être recueillie par des membres de sa famille durant l'enquête.