Portfolio: ces jeunes se lèvent contre la violence sexiste à Bruxelles

© Le Vif

Ils s'appellent Ibrahima, Juliette, Yousri, Natanael, Manuela, Rimsha, Yaara... Pendant plusieurs mois, ces neuf filles et cinq garçons âgés de 15 à 20 ans ont parcouru les rues de Bruxelles pour poser et se poser une question : est-ce que les filles et les garçons se sentent en sécurité en ville ? Que faut-il pour améliorer la situation ?

A travers la photographie, ils exposent les problèmes de violence sexiste auxquels eux ou leurs proches sont confrontés. Identifient des situations qui les incommodent ou les choquent. Mettent en scène des actes dont ils ont été témoins ou victimes en rue, dans les transports publics, sur le chemin de l'école ...

Manque de lumière sous les ponts ou dans certaines stations de métro, messages misogynes tagués sur les murs, espaces publics de facto réservés aux garçons... Des centaines de lieux et situations ont été photographiés par ces jeunes, encadrés par des photographes professionnels.

Le résultat : des clichés exposant une violence sexiste tantôt évidente, et tantôt plus diffuse. Mais toujours bien présente. Et un constat relayé en avril dernier au parlement bruxellois : il est urgent de lutter contre le harcèlement sexuel dans la capitale.

Regardez la vidéo consacrée au projet ici.

BruxELLES © BruxELLES/Plan International

Des filles et des garçons qui s'engagent ensemble pour l'égalité entre les sexes. Pour rendre les villes plus sûres pour tous et toutes.

BruxELLES © BruxELLES/Plan International

" Les jeunes, filles et garçons, se sentent piégés dans des cases. Si tu es un garçon, tu dois être dominant, musclé, faire du sport, ne pas montrer d'émotions... Si tu es une fille, tu dois être jolie, gentille, sensible... Et si une fille aime le foot ? Et si un garçon pleure ? " Manuela, 18 ans.

BruxELLES © BruxELLES/Plan International

" C'est difficile pour les filles de parler du harcèlement. D'un côté, ce n'est pas important : physiquement, on n'a rien. Mais en fait, on n'arrête pas de penser à ce qu'on nous a dit. On se sent sales et seules. " ? Manuela, 18 ans.

BruxELLES © BruxELLES/Plan International

" Parfois, les filles ont l'impression que le skatepark, les terrains de football, de basket-ball... ne sont pas des endroits pour elles. Tout simplement parce qu'il n'y a que des garçons ! C'est à nous de changer cette réalité. " Yousri, 17 ans.

BruxELLES © BruxELLES/Plan International

" Sortir le soir est vraiment différent si tu es une fille ou un garçon. Les filles nous ont dit qu'elles rentrent souvent plus tôt que souhaité et restent toujours en groupe. Un meilleur éclairage aiderait beaucoup : tout le monde se sentirait plus en sécurité. " Ibrahima, 20 ans.

BruxELLES © BruxELLES/Plan International

" Partout dans le monde, les garçons sifflent les filles. C'est quelque chose de commun, même en Belgique. Tellement commun que certaines filles prennent ça pour un compliment. Mais ce n'est pas le cas : on sourit juste pour nous protéger. " Yaara, 15 ans.

BruxELLES © BruxELLES/Plan International

" Les stéréotypes de genre sont partout. Ils peuvent être subtils ou directs, ça dépend. A l'école, les jeunes pourraient apprendre ce que sont les stéréotypes, les préjugés et la discrimination. Et surtout, comment y mettre fin. " Juliette, 15 ans.

BruxELLES © BruxELLES/Plan International

" A Bruxelles, il y a parfois des rues très étroites. Surtout près du métro. Quand il fait noir, ça craint : on ne voit pas s'il y a quelqu'un. Si on est suivie, c'est difficile de s'échapper. " ? Natanael, 18 ans.

BruxELLES © BruxELLES/Plan International

" Le chemin vers l'égalité ne va pas être facile mais on va y arriver. Nous, les jeunes, on veut briser les stéréotypes et améliorer la situation pour les filles et les garçons. Chaque jour, on peut agir. " Juliette, 15 ans.