Kianouche Jahanpour, porte-parole du ministère de la Santé, a annoncé 70 décès supplémentaires provoqués par le virus et 2.043 nouvelles contaminations quotidiennes. Ces derniers chiffres portent le bilan des décès à 8.351 et le nombre officiel de contaminations à 173.832, a-t-il précisé. "Chacun doit porter un masque lorsqu'il fréquente des endroits comme des magasins ou tout autre lieu où il n'est pas possible d'observer attentivement une distanciation sociale", a-t-il recommandé, lors de son point-presse diffusé à la télévision d'Etat. Depuis l'annonce officielle des premiers cas en février, la République islamique tente de freiner la propagation du virus, sans jamais annoncer cependant de confinement de la population. Depuis avril, les autorités ont progressivement levé les restrictions et l'activité a presque retrouvé son cours normal dans la majorité des 31 provinces du pays. Mais, après avoir atteint un plus bas le 2 mai, les nouveaux cas de contamination augmentent de nouveau, ce qui inquiète les autorités, qui multiplient les avertissements et enjoignent la population à rester prudente. Les chiffres officiels sont par ailleurs remis en cause par des experts étrangers ainsi que certains responsables iraniens qui les soupçonnent d'être largement sous-estimés. Dimanche, le ministère de la Santé a affirmé que la hausse des nouveaux cas recensés est dû à une campagne d'intensification des tests de dépistage, et non pas à une aggravation de l'épidémie. M. Jahanpour a assuré lundi que "la majorité des provinces est dans une situation stable." La province du "Khouzestan (sud-ouest) est toujours rouge", a-t-il dit, précisant que huit autres étaient "en état d'alerte". Il a appelé les Iraniens à éviter tout déplacement inutile dans les provinces "à risque". (Belga)

Kianouche Jahanpour, porte-parole du ministère de la Santé, a annoncé 70 décès supplémentaires provoqués par le virus et 2.043 nouvelles contaminations quotidiennes. Ces derniers chiffres portent le bilan des décès à 8.351 et le nombre officiel de contaminations à 173.832, a-t-il précisé. "Chacun doit porter un masque lorsqu'il fréquente des endroits comme des magasins ou tout autre lieu où il n'est pas possible d'observer attentivement une distanciation sociale", a-t-il recommandé, lors de son point-presse diffusé à la télévision d'Etat. Depuis l'annonce officielle des premiers cas en février, la République islamique tente de freiner la propagation du virus, sans jamais annoncer cependant de confinement de la population. Depuis avril, les autorités ont progressivement levé les restrictions et l'activité a presque retrouvé son cours normal dans la majorité des 31 provinces du pays. Mais, après avoir atteint un plus bas le 2 mai, les nouveaux cas de contamination augmentent de nouveau, ce qui inquiète les autorités, qui multiplient les avertissements et enjoignent la population à rester prudente. Les chiffres officiels sont par ailleurs remis en cause par des experts étrangers ainsi que certains responsables iraniens qui les soupçonnent d'être largement sous-estimés. Dimanche, le ministère de la Santé a affirmé que la hausse des nouveaux cas recensés est dû à une campagne d'intensification des tests de dépistage, et non pas à une aggravation de l'épidémie. M. Jahanpour a assuré lundi que "la majorité des provinces est dans une situation stable." La province du "Khouzestan (sud-ouest) est toujours rouge", a-t-il dit, précisant que huit autres étaient "en état d'alerte". Il a appelé les Iraniens à éviter tout déplacement inutile dans les provinces "à risque". (Belga)