Les membres du personnel des éditions de L'Avenir sont partis en grève lundi soir, après l'annonce de trois licenciements de journalistes qu'ils estiment "ciblés".

"Les témoignages, recueillis auprès de confrères de L'Avenir, selon lesquels les licenciements opérés par la direction du groupe ont ciblé des journalistes ayant fait preuve de la rigueur et de l'indépendance nécessaires à tout travail journalistique de qualité à l'occasion de la crise traversée par le quotidien sont inquiétants. Au nom de la Société des rédacteurs de La Libre Belgique, les membres du conseil d'administration de celle-ci tiennent à assurer les journalistes de la rédaction de L'Avenir de leur entier soutien", indique la SDR de La Libre.

De son côté, "la Société des journalistes de la RTBF apporte son soutien aux journalistes de L'Avenir et dénonce avec la plus grande vigueur les atteintes à la liberté de la presse et à l'indépendance du journal. Les licenciements, décidés ces dernières heures, visent des journalistes qui se sont illustrés par la qualité et l'indépendance de leur travail, y compris vis-à-vis de l'actionnaire du journal. Tout porte à croire que c'est cela qui a été sanctionné, malgré les explications évasives de la direction sur des questions de 'compétences liées au plan de redéploiement'."

Le 23 février dernier, les membres de l'Association des journalistes professionnels (AJP), réunis en assemblée générale, avaient voté à l'unanimité une motion de soutien aux journalistes de L'Avenir.

Une assemblée générale du personnel des éditions de L'Avenir est prévue ce mercredi.