Réunis pour un mini-sommet à La Valette, ces Etats ont adopté une position commune qu'ils présenteront prochainement aux autres membres de l'Union européenne, a expliqué le ministre maltais, Michael Farrugia. Le mécanisme élaboré est "limité dans le temps", a pour sa part précisé la ministre finlandaise, Maria Ohisalo, dont le pays était convié à la réunion en sa qualité de président du Conseil de l'UE. Le contenu précis de l'accord n'a toutefois pas été dévoilé. Les chiffres d'arrivées de migrants sur les côtes européennes n'ont plus rien à voir avec ceux observés en 2015, mais les crispations entre Européens n'ont pas disparu. Les Etats membres n'ont en effet pas su profiter de l'accalmie pour réformer leur système d'asile commun à bout de souffle. Leurs profondes divisions sur le partage de l'accueil ont de fait rendu impossible la réforme du Règlement Dublin, qui confie actuellement aux pays d'arrivée la charge du traitement des demandes d'asile. Pour éviter des bras de fer à répétition quant aux débarquements des migrants sauvés en mer, les pays européens sont à la recherche d'un compromis sur un tel mécanisme depuis juillet et un sommet informel à Helsinki. Le consensus atteint ce lundi pourrait constituer une base pour un accord impliquant un plus grand nombre d'Etats membres de l'Union. Il devrait être présenté aux 28 lors d'un conseil "Justice et Affaires intérieures" prévu le 8 octobre prochain à Luxembourg. (Belga)