Le ministre MR, qui a négocié ce document interministériel désormais soumis à l'approbation des gouvernements fédéral et régionaux, n'ignore pas les avertissements de deux députés N-VA, selon qui les nationalistes flamands n'approuveront pas ce pacte énergétique aux gouvernements fédéral et flamand, en raison des incertitudes sur le coût de la sortie du nucléaire et la sécurité d'approvisionnement énergétique. "J'ai bien lu le Premier ministre (Charles Michel) qui confirmait la trajectoire de la négociation, et cette trajectoire me plaît car aujourd'hui, plus personne ne semble remettre en cause la manière dont on a réfléchi, à savoir le fait qu'on quitte le nucléaire en 2025", a déclaré M. Crucke à Belga. Selon lui, la N-VA ne remet pas en cause la sortie du nucléaire, "elle demande une évaluation budgétaire". "Ça veut dire qu'on est déjà passé à un deuxième stade. Avant d'évaluer, il faut d'abord être d'accord sur ce qu'on veut faire et dans ces matières-là, rien ne change plus vite qu'une évaluation budgétaire. Mais attention, plus on attend, plus ça coûte cher", a-t-il prévenu. Le ton du ministre MR tranche avec les propos tenus un peu plus tôt par le président du parlement wallon André Antoine (cdH), qui se demandait "quand le gouvernement fédéral allait cesser de danser à la musique de la N-VA", et alors que M. Michel a lancé un appel aux Régions afin qu'elles lui indiquent comment sortir du nucléaire. (Belga)

Le ministre MR, qui a négocié ce document interministériel désormais soumis à l'approbation des gouvernements fédéral et régionaux, n'ignore pas les avertissements de deux députés N-VA, selon qui les nationalistes flamands n'approuveront pas ce pacte énergétique aux gouvernements fédéral et flamand, en raison des incertitudes sur le coût de la sortie du nucléaire et la sécurité d'approvisionnement énergétique. "J'ai bien lu le Premier ministre (Charles Michel) qui confirmait la trajectoire de la négociation, et cette trajectoire me plaît car aujourd'hui, plus personne ne semble remettre en cause la manière dont on a réfléchi, à savoir le fait qu'on quitte le nucléaire en 2025", a déclaré M. Crucke à Belga. Selon lui, la N-VA ne remet pas en cause la sortie du nucléaire, "elle demande une évaluation budgétaire". "Ça veut dire qu'on est déjà passé à un deuxième stade. Avant d'évaluer, il faut d'abord être d'accord sur ce qu'on veut faire et dans ces matières-là, rien ne change plus vite qu'une évaluation budgétaire. Mais attention, plus on attend, plus ça coûte cher", a-t-il prévenu. Le ton du ministre MR tranche avec les propos tenus un peu plus tôt par le président du parlement wallon André Antoine (cdH), qui se demandait "quand le gouvernement fédéral allait cesser de danser à la musique de la N-VA", et alors que M. Michel a lancé un appel aux Régions afin qu'elles lui indiquent comment sortir du nucléaire. (Belga)