Réélu en mars avec 76,7% des voix, Poutine a entamé cette année son quatrième mandat à la tête du pays. Pour qu'il reste au pouvoir au-delà de celui-ci, il faudrait amender la Constitution qui ne permet pas d'effectuer plus de deux mandats présentiels d'affilée. En 2024, Poutine aura 71 ans. "Il n'y a pas de successeur. Les gens sont pragmatiques", estime le directeur de l'institut de sondage, Lev Gudkov. Le spectre d'un changement politique amène la peur du risque d'instabilité, précise-t-il, et Poutine est vu "comme l'assurance du statu quo". Cinquante et un pour cent des répondants disent préférer que Poutine reste président, tandis que seuls 27% s'y opposent. Depuis 2014, et l'annexion de la Crimée, la majorité de la population russe est en faveur d'un maintien de M. Poutine au pouvoir. Avant, seuls 33% des Russes le souhaitaient. (Belga)

Réélu en mars avec 76,7% des voix, Poutine a entamé cette année son quatrième mandat à la tête du pays. Pour qu'il reste au pouvoir au-delà de celui-ci, il faudrait amender la Constitution qui ne permet pas d'effectuer plus de deux mandats présentiels d'affilée. En 2024, Poutine aura 71 ans. "Il n'y a pas de successeur. Les gens sont pragmatiques", estime le directeur de l'institut de sondage, Lev Gudkov. Le spectre d'un changement politique amène la peur du risque d'instabilité, précise-t-il, et Poutine est vu "comme l'assurance du statu quo". Cinquante et un pour cent des répondants disent préférer que Poutine reste président, tandis que seuls 27% s'y opposent. Depuis 2014, et l'annexion de la Crimée, la majorité de la population russe est en faveur d'un maintien de M. Poutine au pouvoir. Avant, seuls 33% des Russes le souhaitaient. (Belga)